29 C
Antananarivo
vendredi 2 décembre 2022
$0

Vous n'avez pas encore sélectionné de publication à télécharger.

La faim du monde

ChroniqueLa faim du monde

Huit milliards d’êtres humains. Huit milliards de bouches à nourrir. La population mondiale compterait dorénavant huit milliards d’habitants en 2022, selon une estimation de l’Organisation des Nations unies (ONU) alors qu’elle n’en comptait qu’un milliard en 1800. Elle a été multipliée par huit depuis. La population mondiale devrait continuer à croître et pourrait atteindre près dix milliards en 2050. Cette croissance rapide est mue par les avancées de l’hygiène, de la médecine, les progrès socio-économiques, l’abondance de nourritures… sauf pour quelques pays du Sud, dont Madagascar.

Pour le camp malgache, les résultats globaux du troisième recensement général de la population et de l’habitation de Madagascar, réalisé en 2018, font état d’une population évaluée à 25 674 196 habitants, composée d’un peu plus de femmes (13 015 251) que d’hommes (12 658 945). La Grande île connait une croissance effrénée. Nous serons bientôt 30, 40, voire 50 millions sur cette île, certes immense, mais qui peine pour le moment à nourrir tous ses habitants. La vraie bombe à retardement est à regarder du côté des villes malgaches. Plus de 30% de la population sont recensés dans le milieu urbain et la parité devrait être atteinte dans quelques années, ce qui fait craindre le pire. Nos campagnes sauront-elles nourrir nos villes ? Le défi est immense.

Les évènements imprévisibles (plus ou moins) comme les pandémies ou les guerres créent une incidence importante sur le secteur de l’alimentation. La crise de la Covid-19 a déjà porté un coup dur sur la chaîne de l’approvisionnement mondial. Elle a généré un impact majeur sur le prix des denrées alimentaires. La guerre en Ukraine a profondément troublé « l’ordre alimentaire mondial ». Elle continue d’affecter des pays  fragiles, comme Madagascar, qui sont déjà dans une situation tendue en période normale. C’est une guerre, n’en déplaise à ceux qui qualifient l’offensive de grande ampleur menée par la Russie contre l’Ukraine d’« opération militaire spéciale ». Il y a des victimes de part et d’autre, notamment les civiles.

L’Ukraine est un fournisseur important de cultures clés. Elle représente près de 42% des exportations mondiales d’huile de tournesol, 16% du maïs, 10% de l’orge et surtout 9% du blé. Les besoins dépassaient déjà les ressources disponibles avant la guerre, et maintenant le coût d’achat et de transport de la nourriture est devenu beaucoup plus cher. La hausse des prix mondiaux des matières premières et les effets de la pandémie de Covid-19 et de la guerre en Ukraine aggravent l’insécurité alimentaire et la misère.

Qu’elle le veuille ou non, la Grande île est prise dans ce tourbillon mondial, car elle n’est pas encore indépendante. La première liberté est d’ordre alimentaire. Quand le ventre va, tout va. Pour parler d’émancipation, la nourriture que le Malgache mangera doit venir en grande partie de Madagascar. La Grande île est devenue extrêmement tributaire des circonvolutions mondiales. Les crises successives démontrent qu’elle dépend trop de l’extérieur. Ce qui affecte tout un pan de la Nation : en passant de la politique intérieure, à la diplomatie qui doit être sans cesse intéressée et à la merci d’intérêts bien souvent divergents et à l’encontre des valeurs. De peur de heurter la sensibilité des uns et des autres, la Grande île, surtout les décideurs politiques, a choisi de ne pas choisir dans la guerre russo-ukrainienne. Cette posture est improbable alors que le pays réclame la restitution d’îles « annexées » par l’ancienne puissance coloniale et que, justement, l’annexion de certaines régions ukrainiennes est au cœur de la guerre entre Moscou et Kiev.

Le système mondial qui a été établi à pas forcés après la chute du mur de Berlin qui a fait miroiter monts et merveilles sur une paix durable basée sur les échanges commerciaux. Les joies consuméristes auraient dû effacer toute velléité de guerre. Que nenni ! Le monde se trouve dans une situation d’(inter)dépendance totale. Les nouvelles donnes ont enrichi davantage les plus riches et paupérisé les populations déjà fragiles, notamment à cause de la volatilité des prix des denrées alimentaires sur un marché libéralisé et aux mains d’une poignée de pays et de quelques multinationales en position de monopole. La fin du monde et de ses huit milliards d’habitants peut attendre. Il faut d’abord aborder cette question essentielle qu’est la faim du monde. 

Raoto Andriamanambe

Articles les plus populaires

Politika 29

Au sommaire : Editoriaux La faim du monde par Raoto Andriamanambe L’élite, seul(e) chez...

Tourisme, nosy Be n’emmène pas au large

Alors que Nosy Be sortait d’une année 2019 faste et prospère sur tous les plans, elle se retrouve désormais à devoir gérer une multitude de problématiques, caractéristiques de son environnement socio-économique. La crise sanitaire induite par la Covid-19 a dessiné une toute nouvelle réalité. Des rues désertes, des commerces et des hôtels tristement vides, tel est désormais l’image arborée par l’Île aux parfums depuis deux ans.

Terres rares, convoitises immenses

Elles sont devenues indispensables aux batteries des véhicules électriques comme aux écrans des smartphones et aux éoliennes. Les terres rares font l’objet de nombreuses convoitises au niveau mondial. Elles sont composées d’un groupe de métaux aux propriétés voisines comprenant le scandium, l’yttrium, et les quinze lanthanides.

Terres rares d’Ampasindava, une société gourmande, une communauté sur sa faim

Dans un pays en voie de développement avide de ressources financières, comme Madagascar, l’exploitation des terres rares semble être un choix pour alimenter les caisses de l’État. Cependant, beaucoup craignent qu’elle n’apporte pas de retombées tangibles pour la population locale.

Montée des eaux, les îles réclament un«traitement différencié »

Le monde est proche d’un point de non-retour. Des pays insulaires sont appelés à disparaître si le niveau de réchauffement climatique n’est pas maintenu.

Interview de Richard Rakotonirina : « Madagascar gagnera à coopérer avec les pays qui respectent sa souveraineté »

Très discrète auparavant, l’association Les Amis de la Russie à Madagascar s’est réveillée pour défendre farouchement les relations entre les deux pays et la Russie. Entretien avec son président.

Interview du Professeur Holimalala Randriamanampisoa : « L’inflation frappe l’économie dans son ensemble, des ménages aux entreprises »

Les pays les moins avancés, comme la Grande île, subissent de plein fouet les effets de la guerre entre la Russie et l’Ukraine ainsi que ceux d’une relance post-Covid brutale. La responsable de la mention économie à l’université d’Antananarivo nous explique les mécanismes de cette inflation qui atteint sévèrement les ménages.

L’élite, seul(e) chez soi

L’élite. Rien que le son de ce mot est une sonate à mes oreilles. Faire partie de l’élite, c’est mon rêve d’enfant. Car j’ai toujours supposé que, là-haut, je n’aurai plus de soucis. Si bien que le travail manuel, suer sang et eau n’est pas tellement quelque chose qu’on n’a jamais connu.

Ambohitriniandriana, au passé composé

0
Avant Ikongo, avant Iabohaza, un drame d’une ampleur inédite avait frappé le cœur de la société Malgache. La vie des habitants du fokontany d’Anosikely, de la commune rurale d’Ambolotarakely, dans le district d’Ankazobe, région Analamanga, sera à jamais bouleversée par une attaque sans précédent. Aujourd’hui, leur vie est rythmée par la peur et l’inquiétude. Récit.

Madagascar – île Maurice : une convention fiscale à sens unique

0
En 2019, l’île Maurice avait fait la Une de la presse mondiale, non pas pour ses plages de sable fin, ses eaux cristallines et ses hôtels majestueux, mais pour la fuite de documents pointant du doigt la manière dont des entreprises profitent du régime fiscal particulièrement attractif de ce pays voisin de Madagascar. Elle est l’une des destinations privilégiées des grands groupes malgaches également.

Une guerre que personne ne connaît

0
Les menaces viennent uniquement de l’intérieur. Les coups d’État, les renversements, les escarmouches entre le pouvoir et les milices dans les zones rurales…

La pêche, la tête sous l’eau

0
L’île de Nosy Be est reconnue pour son écosystème marin extraordinaire. Outre le tourisme qui est la première source de revenus de la population locale, l’Île aux parfums figure parmi les zones stratégiques en termes de pêche, avec une production annuelle de 18 millions de tonnes en 2019 réalisée par quelque 20 000 pêcheurs. Des menaces planent pourtant sur cette voie potentielle de développement, à cause du changement climatique.

Interview de Pierre Lenoble Navony : «Certains s’affirment être démocrates alors qu’ils confisquent la...

0
Tensions politiques et sociales, préparation de la présidentielle… Le président du Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’État de droit (HCDDED) n’épargne aucun sujet et partage pour Politikà ses points de vue sur ces sujets.

Lire nos parutions en ligne

spot_img

Suivez-nous sur

AccueilChroniqueLa faim du monde