29 C
Antananarivo
vendredi 2 décembre 2022
$0

Vous n'avez pas encore sélectionné de publication à télécharger.

L’élite, seul(e) chez soi

ChroniqueL’élite, seul(e) chez soi

L’élite. Rien que le son de ce mot est une sonate à mes oreilles. Faire partie de l’élite, c’est mon rêve d’enfant. Car j’ai toujours supposé que, là-haut, je n’aurai plus de soucis. Si bien que le travail manuel, suer sang et eau n’est pas tellement quelque chose qu’on n’a jamais connu.

Tous les besoins de base sont satisfaits et on participe au tour de vis du pouvoir. Qu’y a-t-il de plus beau ? Mais en y regardant de plus près, l’élite a également ses soucis et ses peurs. Les membres de cette “caste” ont un caractère fondamentalement différent de ceux des couches dites “inférieures”.

L’élite dispose de tous les leviers utiles et nécessaires pour orienter les affaires malgaches dans la bonne direction, pour autant qu’elle le veuille et qu’elle soit d’accord sur la direction à suivre et qu’elle ne soit pas distraite par des absurdités inutiles. Malheureusement, en général, nous avons parfois du mal à distinguer ce qui est important de ce qui ne l’est pas dans le cirque quotidien qui est la vie politique dans laquelle un simple tweet nous scandalise.

Nous vivons à une époque où il est difficile d’avoir une vision claire des choses. Le monde est en train de changer d’une manière que nous avons du mal à comprendre nous-mêmes. Rien ne semble plus aller de soi. Les sociétés ont besoin de soutien, d’orientation et d’une vision claire. L’élite doit s’y mettre. C’est sa raison d’être.

Cependant, donner une orientation ne signifie pas exclusivement aiguiller une direction politique, qu’elle soit conservatrice de droite ou libérale-démocratique, qu’elle soit fondamentalement critique ou conforme au statu quo. L’orientation veut dire aussi la façon de comment dialoguer avec nous-mêmes. L’élite est le gardien de cet acquis sociétal.

La force de l’Homme réside dans le débat. Plus précisément dans le débat argumenté avec ceux qui ne sont pas forcément du même avis. La force d’une société réside non seulement dans le fait de supporter le dialogue avec les autres, pas dans une approche forcée, mais aussi de le cultiver d’une manière active. Accepter qu’une multitude d’opinions existe est un indicateur des sociétés fortes.

Ainsi, une élite doit se faire un devoir de protéger le principe selon lequel la vérité soit la somme de nos dialogues. Se forger une opinion et la défendre de manière argumentée sont des conquêtes humaines qui tombent malheureusement de plus en plus dans l’oubli.

Avons-nous encore la volonté et la capacité de voir la vérité telle que nous la comprenons et de la refléter avec celle que les autres voient ? Trop souvent, nous baissons nos têtes pour regarder nos écrans afin de pouvoir circuler virtuellement dans des cercles avec ceux qui sont exactement comme nous. La “facebookisation” de la société et de la politique fait en sorte que chacun vit dans sa petite bulle.

Mais à un certain moment, il faudrait nous demander à quel moment avons-nous vraiment cherché à nous engager dans une discussion honnête et sincère avec ceux qui n’appartiennent pas à notre propre couche sociale ?

Que savons-nous vraiment de notre voisin, qui vit depuis des années à côté de chez nous sans que nous ne l’ayons jamais invité ? Il y a un monde au-delà de nos petits cercles. Soyons tous conscients que les bulles que nous chérissons tant impactent sur notre façon de voir la vérité.

Faire partie de l’élite est un privilège, mais signifie avant tout une responsabilité pour l’ensemble de la société. Il faut penser plus grand, rêver plus grand et planifier plus grand. Une élite qui s’isole de la vie réelle et des autres, perdrait son rôle de gardien des affaires publiques.

Les sociétés sont fortes et résistent à l’épreuve du temps lorsqu’une élite peut y être corrigée par le bas. Si nous pensons que l’action de l’élite n’a plus rien à voir avec la réalité et que si les projets initiés n’aident plus le voisin à se développer car il ne profite pas des mêmes privilèges c’est à nous seuls de le revendiquer à nouveau.

La question reste toutefois de savoir si ceux qui sont “en bas” continuent à supporter la suite des événements ou s’ils comprennent le rôle qui leur est dévolu.

Articles les plus populaires

Politika 29

Au sommaire : Editoriaux La faim du monde par Raoto Andriamanambe L’élite, seul(e) chez...

Tourisme, nosy Be n’emmène pas au large

Alors que Nosy Be sortait d’une année 2019 faste et prospère sur tous les plans, elle se retrouve désormais à devoir gérer une multitude de problématiques, caractéristiques de son environnement socio-économique. La crise sanitaire induite par la Covid-19 a dessiné une toute nouvelle réalité. Des rues désertes, des commerces et des hôtels tristement vides, tel est désormais l’image arborée par l’Île aux parfums depuis deux ans.

Terres rares, convoitises immenses

Elles sont devenues indispensables aux batteries des véhicules électriques comme aux écrans des smartphones et aux éoliennes. Les terres rares font l’objet de nombreuses convoitises au niveau mondial. Elles sont composées d’un groupe de métaux aux propriétés voisines comprenant le scandium, l’yttrium, et les quinze lanthanides.

Terres rares d’Ampasindava, une société gourmande, une communauté sur sa faim

Dans un pays en voie de développement avide de ressources financières, comme Madagascar, l’exploitation des terres rares semble être un choix pour alimenter les caisses de l’État. Cependant, beaucoup craignent qu’elle n’apporte pas de retombées tangibles pour la population locale.

Montée des eaux, les îles réclament un«traitement différencié »

Le monde est proche d’un point de non-retour. Des pays insulaires sont appelés à disparaître si le niveau de réchauffement climatique n’est pas maintenu.

Interview de Richard Rakotonirina : « Madagascar gagnera à coopérer avec les pays qui respectent sa souveraineté »

Très discrète auparavant, l’association Les Amis de la Russie à Madagascar s’est réveillée pour défendre farouchement les relations entre les deux pays et la Russie. Entretien avec son président.

Interview du Professeur Holimalala Randriamanampisoa : « L’inflation frappe l’économie dans son ensemble, des ménages aux entreprises »

Les pays les moins avancés, comme la Grande île, subissent de plein fouet les effets de la guerre entre la Russie et l’Ukraine ainsi que ceux d’une relance post-Covid brutale. La responsable de la mention économie à l’université d’Antananarivo nous explique les mécanismes de cette inflation qui atteint sévèrement les ménages.

Interview de Max Andonirina Fontaine: « L’Afrique a insisté pour que le loss and damage soit inscrit dans l’agenda de la Cop27 »

Il est l’un des symboles de la jeunesse pleinement engagée en faveur de la lutte contre le changement climatique. Max Andonirina Fontaine, YLTPien et fondateur et CEO de Bôndy, a pris part à la Cop27. Il nous partage son ressenti et analyse pour nous les avancées et les défis qui attendent particulièrement l’Afrique et Madagascar en matière environnementale.

Ambohitriniandriana, au passé composé

0
Avant Ikongo, avant Iabohaza, un drame d’une ampleur inédite avait frappé le cœur de la société Malgache. La vie des habitants du fokontany d’Anosikely, de la commune rurale d’Ambolotarakely, dans le district d’Ankazobe, région Analamanga, sera à jamais bouleversée par une attaque sans précédent. Aujourd’hui, leur vie est rythmée par la peur et l’inquiétude. Récit.

Madagascar – île Maurice : une convention fiscale à sens unique

0
En 2019, l’île Maurice avait fait la Une de la presse mondiale, non pas pour ses plages de sable fin, ses eaux cristallines et ses hôtels majestueux, mais pour la fuite de documents pointant du doigt la manière dont des entreprises profitent du régime fiscal particulièrement attractif de ce pays voisin de Madagascar. Elle est l’une des destinations privilégiées des grands groupes malgaches également.

Une guerre que personne ne connaît

0
Les menaces viennent uniquement de l’intérieur. Les coups d’État, les renversements, les escarmouches entre le pouvoir et les milices dans les zones rurales…

La pêche, la tête sous l’eau

0
L’île de Nosy Be est reconnue pour son écosystème marin extraordinaire. Outre le tourisme qui est la première source de revenus de la population locale, l’Île aux parfums figure parmi les zones stratégiques en termes de pêche, avec une production annuelle de 18 millions de tonnes en 2019 réalisée par quelque 20 000 pêcheurs. Des menaces planent pourtant sur cette voie potentielle de développement, à cause du changement climatique.

Interview de Pierre Lenoble Navony : «Certains s’affirment être démocrates alors qu’ils confisquent la...

0
Tensions politiques et sociales, préparation de la présidentielle… Le président du Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’État de droit (HCDDED) n’épargne aucun sujet et partage pour Politikà ses points de vue sur ces sujets.

Lire nos parutions en ligne

spot_img

Suivez-nous sur

AccueilChroniqueL’élite, seul(e) chez soi