18 C
Antananarivo
jeudi 9 février 2023
$0

Vous n'avez pas encore sélectionné de publication à télécharger.

De la pauvreté relative à la pauvreté absolue depuis les années 70

EconomieDe la pauvreté relative à la pauvreté absolue depuis les années 70

Depuis la vague de nationalisation de 1975, l’administration malgache avait pris en main la destinée des importantes compagnies locales qui symbolisaient la force de frappe de la colonisation. Elle avait pensé qu’il lui aurait été possible de recueillir les bénéfices et d’en faire profiter la Nation entière.

Grandes entreprises et sociétés nationalisées étaient gérées par des personnes pas forcément compétentes et qui n’avaient aucun savoir-faire dans le domaine de la gestion d’entreprise, pour la plupart. Des officiers de l’armée et de la gendarmerie, sortant des Écoles de guerre et pas forcément d’écoles entrepreneuriales, étaient à la tête de certaines d’entre elles.

Politique interventionniste

Les sociétés nationales étaient aussi un moyen de « caser » des amis ou quelques membres de la famille des dirigeants. Elles avaient été utilisées pour faire taire des adversaires politiques réels ou imaginaires de la révolution. Il n’est pas du tout étonnant si, après quelques années de fonctionnement, la quasi-totalité des sociétés et des entreprises nationalisées sous la deuxième République était tombée en faillite.

La plupart des initiatives économiques prises par l’administration s’étaient également soldées par un fiasco total et complet. La décision s’était apparentée à un véritable suicide économique. D’autant plus que l’histoire économique avait démontré que toute entreprise ne peut s’épanouir et prospérer que dans la concurrence et non dans une économie nationalisée et étatisée. Mais encore faut-il que celle-ci soit réellement loyale, honnête et saine.

Cette politique interventionniste de l’État dans l’économie avait profondément impacté sur la vie des consommateurs malgaches. L’État, au lieu d’être une solution, était devenu un problème. C’était la période des carnets de rationnement et de la pénurie pour la majorité des Malgaches, non pour les dirigeants. Les Produits de première nécessité étaient devenus des denrées rares et des produits de luxe. Le marché noir de devises et de produits de première nécessité, s’était développé.

Économie duale

Une déflation sans précédent s’ensuivait. Durant les premières années de la seconde République, le Produit intérieur brut (PIB) avait baissé de 10 %, la consommation moyenne par habitant avait diminué de plus de 15 %, le Salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig) avait baissé de plus de 25 %, le pouvoir d’achat des fonctionnaires avait décru de près de 50 %.

Si en 1973, il ne fallait au haut fonctionnaire que quatre mois de salaire pour s’acheter une Peugeot 504, il lui aurait fallu dix ans pour acquérir la même voiture, dans les années 1990. Les prémices de la situation avaient déjà été constatés durant la période de transition de 1972 à 1975. Le pouvoir d’achat des ménages s’était réduit comme peau de chagrin. L’inflation avait été estimée à près de 20 % par an et l’écart entre l’évolution des prix et celle des salaires s’était accentué continuellement et s’était creusé inexorablement d’année en année.

Les traitements de salaire ne correspondaient plus au coût réel de la vie. Par exemple, le salaire d’un cadre D de la fonction publique, qui était de 25 000 Fmg, en 1982, était passé à 32 260 Fmg en 1986, soit une augmentation de 28,2 %. Durant la même période, l’inflation avait été de 86 %, selon les indices officiels. Nombreux étaient les salariés – surtout de la fonction publique – qui devaient exercer d’autres activités pour arrondir leurs fins du mois. Les difficultés économiques avaient eu pour conséquence une baisse généralisée du niveau de vie de la population et l’aggravation des problèmes sociaux. À cela s’ajoute la dévaluation incessante de la monnaie malgache. En 1973, le dollar américain valait 225 Fmg. En 1999, 26 ans plus tard, il s’était échangé à 6 737 Fmg, soit 30 fois plus. Le franc français valant 20 fois plus.

Après 13 ans de rattachement au franc CFA, le FMG avait décroché, suite à la renégociation des accords franco-malgaches. La dévaluation de la monnaie malgache avait provoqué la hausse du coût de la vie ainsi que le ralentissement de la consommation. Ce qui allait inévitablement freiner la croissance. Il était à craindre qu’une économie duale ne se développe. Elle était composée de quelques poches de développement tournées vers l’exportation, en marge du reste du pays qui poursuivit sa chute par absence du pouvoir d’achat. Ainsi, quelques années seulement après 1972, la disparition progressive – mais sûre – de la classe moyenne à Madagascar avait été constatée.

Paupérisation

Sur le plan socio-économique, la diminution, voire la disparition de cette classe, était un mauvais signe pour un pays. En 1990, on estimait que 35 % des habitants d’Antananarivo et près de la moitié de la population nationale vivaient en dessous du seuil de pauvreté absolue (contre 12 % en 1981). Ils vivaient avec moins de 28 000 Fmg par mois, pour une famille de cinq personnes. La paupérisation de la masse était réellement en marche et s’était installée pour de bon, sans concession. En 1995, le Produit national brut (PNB) annuel par habitant était de 250 dollars.

Or, en 1972, le PNB malgache était identique à celui du Sénégal et de la Côte d’Ivoire de l’ordre de 480 dollars. En 1987, le PNB par Malgache avait été de 210 dollars. Plus que le niveau, c’est cette tendance à la baisse continue depuis une décennie qui est inquiétante. Elle est encore aggravée par l’évolution divergente de la population et du PNB. Depuis 1987, la population a augmenté de 2,5 % en moyenne par an alors que durant la période de 1965-1983, la croissance annuelle moyenne du PNB a été de -1,2 %.

Quelles que soient les velléités de favoriser les nationaux, les investisseurs étrangers demeurent incontournables. Une politique d’ouverture est donc nécessaire. Le pays a été libéré du joug du colonisateur, il n’en est pas plus libre aujourd’hui. Plus que jamais sans doute, Madagascar se trouve durement confronté au poids d’une dépendance économique sans précédent. La situation dans le pays est tout simplement maintenue dans un étau qui ne permet aucune indépendance.

La Grande île dépend du marché des capitaux et du fardeau de la dette qui en est le corollaire. Elle dépend de l’humeur souvent chagrine du marché des matières premières. Elle dépend aussi d’elle-même et surtout d’une mauvaise gouvernance et de la corruption de plus en plus institutionnalisée, devenue « culturelle » et « normale ». Il n’est pas du tout étonnant si Madagascar fait partie de la catégorie des pays en récession, dans le classement des Pays les moins avancés (PMA).

                                                                                                    Richard Ranarivony

Articles les plus populaires

Renégociation des accords de coopération, la grande bascule économique

Après la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement français s’est résigné à une décolonisation qui allait, comme on disait dans les années 60, « dans le sens de l’histoire »  tout en cherchant à maintenir le plus longtemps possible des liens privilégiés avec les anciennes colonies à travers des mécanismes d’aides financières et de préférences commerciales.

Interview de Jean Yvon Tiao Razananivo : « La filière vanille est en danger »

Les Organisations de la société civile (OSC) ont tenu, dans le courant du mois d’août, un forum national sur la vanille, auquel des acteurs en provenance de toutes les zones productrices ont participé. En marge de cet évènement, Tiao Razananivo, président du Comité pour la protection des intérêts d’Antalaha - Komity miaro ny tombontsoan’Antalaha (KMTA) nous a fait part de ses réflexions sur la question.

Guerre, sécheresse, changement climatique: clap de faim

L’économie mondiale vacille de nouveau, après la crise sanitaire et ses plus de six millions de morts à travers le monde. Madagascar n’échappe pas à la règle, mais avec des incidences dramatiques.

Diplomatie : de la pêche aux intérêts au péché d’orgueil

À l’orée d’un basculement des rapports géopolitiques mondiaux, la position diplomatique et les relations internationales de Madagascar restent floues, ou pour le moins, hésitantes. Le limogeage du ministre des Affaires étrangères a révélé au grand jour les divergences au sein de l’Exécutif.

Interview croisée de Bao Razafimahefa et de Lucien Razafindrakoto

0
Pourquoi les systèmes de sécurité sociale obligatoires peinent-ils à s’imposer à Madagascar ? Bao Razafimahefa (B.R.) : L’article 19 de la Constitution garantit le droit à la...

Ambohitriniandriana, au passé composé

0
Avant Ikongo, avant Iabohaza, un drame d’une ampleur inédite avait frappé le cœur de la société Malgache. La vie des habitants du fokontany d’Anosikely, de la commune rurale d’Ambolotarakely, dans le district d’Ankazobe, région Analamanga, sera à jamais bouleversée par une attaque sans précédent. Aujourd’hui, leur vie est rythmée par la peur et l’inquiétude. Récit.

Interview du Professeur Holimalala Randriamanampisoa : « L’inflation frappe l’économie dans son ensemble, des ménages...

0
Les pays les moins avancés, comme la Grande île, subissent de plein fouet les effets de la guerre entre la Russie et l’Ukraine ainsi que ceux d’une relance post-Covid brutale. La responsable de la mention économie à l’université d’Antananarivo nous explique les mécanismes de cette inflation qui atteint sévèrement les ménages.

Une guerre que personne ne connaît

0
Les menaces viennent uniquement de l’intérieur. Les coups d’État, les renversements, les escarmouches entre le pouvoir et les milices dans les zones rurales…

Produit de rente : la vanille n’est plus en odeur de sainteté

0
Contestation des acteurs devant à l’immixtion de l’État dans la gestion de la filière vanille, soupçons de tentative de monopole, scandale des crèmes glacées à la vanille de Madagascar retirées du marché, des produits qui ne trouvent pas preneurs, montée de la concurrence ou encore risque de boycott des prix par les importateurs… l’or vert de la Grande île passe actuellement par une zone de turbulence.

Lire nos parutions en ligne

Suivez-nous sur

AccueilEconomieDe la pauvreté relative à la pauvreté absolue depuis les années 70