29 C
Antananarivo
vendredi 2 décembre 2022
$0

Vous n'avez pas encore sélectionné de publication à télécharger.

Interview de Jean Raphaël Mananandro : «La meilleure solution est le dialogue social»

EconomieInterview de Jean Raphaël Mananandro : «La meilleure solution est le dialogue social»

Le syndicalisme joue un rôle important dans la promotion et la valorisation des droits des travailleurs. Il est en première ligne dès qu’il s’agit de défendre le droit des travailleurs, notamment dans les entreprises franches. Le secrétaire général de la Confédération des syndicats des travailleurs malagasy révolutionnaires (Firaisamben’ny sendikan’ny mpiasa malagasy revolisionera, Fisemare), Jean Raphaël Mananandro, apporte plus d’explications sur la vie syndicale.

Le syndicalisme fait face à d’importantes mutations. Comment se porte la Fisemare aujourd’hui? Jean Raphaël Mananandro (J.R.M.) : La Fisemare est présente dans 20 régions et compte plus de 9000 membres dont une grande partie vient des rangs de près de 300 sociétés de la capitale. Bien qu’une augmentation importante des encartés ait été enregistrée pendant et après la crise sanitaire, la moyenne reste faible, nous recensons en moyenne moins de 30 adhérents par entreprise. Il faut aussi préciser que même si le nombre des membres a augmenté, beaucoup ne s’acquittent pas de leur cotisation qui n’est pourtant que de 5 000 ariary par an.

Comment expliquez-vous ce désintérêt ?

J.R.M : De nombreuses raisons poussent les travailleurs à quitter un syndicat ou à demeu- rer inactifs en leur sein. Tout d’abord, il y a la méconnaissance du Code de travail et force est de constater que les entreprises ne font pas non plus d’effort pour sa vulgarisation. Le manque de temps est aussi révélé comme un autre facteur bloquant important. Trop pris par son travail, l’employé se désintéresse complètement de la vie syndicale. Certains ne sont tout simplement pas convaincus de l’efficacité du syndicat. Certains membres ne s’estiment appartenir à un syndicat que lorsqu’ils ont des problèmes avec leur employeur. C’est seulement à ce moment-là qu’ils se sentent obligés d’honorer leur contribution.

Qu’est-ce qui pourrait remettre en cause l’efficacité d’un syndicat?

J.R.M:Un syndicat peut être affaibli par les diverses pressions et les menaces qu’il reçoit de la part de l’administration. Devant cette situation, bon nombre d’employés choisissent de garder le silence au lieu de se fier au syndicat. Mais il faut aussi reconnaître que certains membres du bureau syndical bénéficient d’avantages de la part de l’employeur au détriment des droits des travailleurs. Il ne faut donc pas s’étonner si la confiance ne règne plus et que le syndicat s’affaiblit. Toutefois, ce ne sont pas tous les syndicats qui se laissent faire. Pour la Fisemare en particulier, 90% des dossiers traités ont eu gain de cause.

Justement, quels sont les avantages dont pourrait bénéficier le travailleur en se syndiquant?

J.R.M : Notre premier rôle est d’aider le travailleur à préserver son travail tout en prenant en considération ses droits. Notre équipe d’experts l’accompagne et le conseille sur les décisions à prendre. De nombreuses problématiques liées à l’emploi peuvent être résolues sans qu’il y ait une casse, de part et d’autre. Nous accordons de l’importance au dialogue social et à la négociation. Notre champ d’intervention va de la médiation entre employeur et employé à l’accompagne- ment en cas de procédure au niveau de l’inspection du travail ou éventuellement dans le cadre d’un processus judiciaire si nécessaire. Par ailleurs, la Fisemare octroie aussi de nombreuses formations notamment sur le Code de travail, la vie syndicale, le bon comporte- ment à adopter sur le lieu de travail, les techniques de communication et de négociation, sur le dialogue social… à ses membres. Notre équipe de formateurs rejoint les lieux de travail. Je profite pour rappeler que le Code de travail accorde 12 jours de congé-éducation payé par an à chaque travailleur, mais peu de personnes le savent. Ce droit fondamental est bafoué.

Le marché du travail a traversé une zone de turbulence très forte à cause de la situation internationale et de la pandémie. Cela se traduit-il dans les dossiers que vous traitez ?

J.R.M : La confédération enregistre un nombre important de plaintes depuis la crise sanitaire. Nous enregistrons cinq dossiers par jour au minimum. Restituons-nous dans

le contexte. L’accroissement du nombre de personnes infectées par la Covid-19 avait amené l’État à suspendre les transports en commun, à réduire les contacts physiques et à développer le télétravail. De nombreuses entreprises qui ne pouvaient pas se permettre de se conformer à toutes ces conditions ont exposé leur personnel au risque de contamination. Par ailleurs, il y avait aussi une forte compression de personnel, de nombreux travailleurs envoyés en chômage technique… sans que l’employeur ait pu honorer leurs droits. Il a fallu redoubler d’efforts pour accompagner les plaignants, d’autant plus que l’inspection du travail a limité ses activités compte tenu de la situation sanitaire. Le licenciement abusif, le non-respect du Code de travail, les divers abus et exploitations, le non-respect du règlement intérieur, la non-affiliation à la Caisse nationale de pré- voyance sociale (Cnaps)… sont les plaintes les plus récurrentes auprès de la Fisemare. La majeure partie des plaignants sont issus des zones franches, des sociétés de sécurité ou encore des entreprises de bâtiments et des travaux publics.

Vous avez dit que 90% des cas traités ont reçu gain de cause. Les employeurs sont-ils coopératifs et ces résultats sont-ils satisfaisants ?

J.R.M.:Ce taux de réussite confirme effectivement la force de notre syndicat. Cela nous motive même si les résultats ne sont pas toujours satisfaisants. La meilleure solution est le dialogue social. Il s’agit prioritairement de régler la situation au niveau des deux parties, mais le fait est que les employeurs préfèrent généralement opter pour la voie formelle légale. Cette option joue en leur faveur parce que le tribunal du travail met des mois, voire des années pour trancher sur un dossier. Une peine minimale qui ne coûte rien à l’entreprise est souvent rendue. Pourquoi cette lenteur? Le tribunal du travail ne dispose pas du budget nécessaire pour recruter davantage de ressources humaines. Les plaignants perdent patience et sont souvent déçus par la décision du tribunal qui, pour deux dossiers de même cause, prononce deux verdicts différents.

Quelles sont les mesures à prendre pour améliorer la vie syndicale ?

J.R.M : Il faut rappeler que bon nombre d’employés n’entendent parler du syndicat qu’une fois dans le monde du travail. Une campagne de communication régulière est indispensable. De même pour le Code de travail, la sensibilisation relève du devoir de l’entreprise, mais également des syndicats. En connaissance de ses droits, l’employé dispose de bons arguments pour défendre une cause ou pour dénoncer les irrégularités qui pourraient survenir. L’État doit aussi apporter sa contribution, notamment en nous appuyant dans la réalisation des formations que nous dispensons déjà, mais qui méritent d’être soutenues davantage. Par ailleurs, nous estimons qu’il est aussi important d’apporter une amélioration au sein de l’inspection du travail qui est en étroite collaboration avec les syndicats. Nous avons constaté des irrégularités comme l’octroi d’une autorisation d’appliquer un an d’heures supplémentaires alors que le Code de travail prescrit six mois par an au maximum. Je pense qu’un change- ment de comportement de la part de tous les acteurs est requis pour apporter une amélioration à la vie syndicale.

Articles les plus populaires

Politika 29

Au sommaire : Editoriaux La faim du monde par Raoto Andriamanambe L’élite, seul(e) chez...

Tourisme, nosy Be n’emmène pas au large

Alors que Nosy Be sortait d’une année 2019 faste et prospère sur tous les plans, elle se retrouve désormais à devoir gérer une multitude de problématiques, caractéristiques de son environnement socio-économique. La crise sanitaire induite par la Covid-19 a dessiné une toute nouvelle réalité. Des rues désertes, des commerces et des hôtels tristement vides, tel est désormais l’image arborée par l’Île aux parfums depuis deux ans.

Terres rares, convoitises immenses

Elles sont devenues indispensables aux batteries des véhicules électriques comme aux écrans des smartphones et aux éoliennes. Les terres rares font l’objet de nombreuses convoitises au niveau mondial. Elles sont composées d’un groupe de métaux aux propriétés voisines comprenant le scandium, l’yttrium, et les quinze lanthanides.

Terres rares d’Ampasindava, une société gourmande, une communauté sur sa faim

Dans un pays en voie de développement avide de ressources financières, comme Madagascar, l’exploitation des terres rares semble être un choix pour alimenter les caisses de l’État. Cependant, beaucoup craignent qu’elle n’apporte pas de retombées tangibles pour la population locale.

Montée des eaux, les îles réclament un«traitement différencié »

Le monde est proche d’un point de non-retour. Des pays insulaires sont appelés à disparaître si le niveau de réchauffement climatique n’est pas maintenu.

Interview de Richard Rakotonirina : « Madagascar gagnera à coopérer avec les pays qui respectent sa souveraineté »

Très discrète auparavant, l’association Les Amis de la Russie à Madagascar s’est réveillée pour défendre farouchement les relations entre les deux pays et la Russie. Entretien avec son président.

Interview du Professeur Holimalala Randriamanampisoa : « L’inflation frappe l’économie dans son ensemble, des ménages aux entreprises »

Les pays les moins avancés, comme la Grande île, subissent de plein fouet les effets de la guerre entre la Russie et l’Ukraine ainsi que ceux d’une relance post-Covid brutale. La responsable de la mention économie à l’université d’Antananarivo nous explique les mécanismes de cette inflation qui atteint sévèrement les ménages.

L’élite, seul(e) chez soi

L’élite. Rien que le son de ce mot est une sonate à mes oreilles. Faire partie de l’élite, c’est mon rêve d’enfant. Car j’ai toujours supposé que, là-haut, je n’aurai plus de soucis. Si bien que le travail manuel, suer sang et eau n’est pas tellement quelque chose qu’on n’a jamais connu.

Ambohitriniandriana, au passé composé

0
Avant Ikongo, avant Iabohaza, un drame d’une ampleur inédite avait frappé le cœur de la société Malgache. La vie des habitants du fokontany d’Anosikely, de la commune rurale d’Ambolotarakely, dans le district d’Ankazobe, région Analamanga, sera à jamais bouleversée par une attaque sans précédent. Aujourd’hui, leur vie est rythmée par la peur et l’inquiétude. Récit.

Madagascar – île Maurice : une convention fiscale à sens unique

0
En 2019, l’île Maurice avait fait la Une de la presse mondiale, non pas pour ses plages de sable fin, ses eaux cristallines et ses hôtels majestueux, mais pour la fuite de documents pointant du doigt la manière dont des entreprises profitent du régime fiscal particulièrement attractif de ce pays voisin de Madagascar. Elle est l’une des destinations privilégiées des grands groupes malgaches également.

Une guerre que personne ne connaît

0
Les menaces viennent uniquement de l’intérieur. Les coups d’État, les renversements, les escarmouches entre le pouvoir et les milices dans les zones rurales…

La pêche, la tête sous l’eau

0
L’île de Nosy Be est reconnue pour son écosystème marin extraordinaire. Outre le tourisme qui est la première source de revenus de la population locale, l’Île aux parfums figure parmi les zones stratégiques en termes de pêche, avec une production annuelle de 18 millions de tonnes en 2019 réalisée par quelque 20 000 pêcheurs. Des menaces planent pourtant sur cette voie potentielle de développement, à cause du changement climatique.

Interview de Pierre Lenoble Navony : «Certains s’affirment être démocrates alors qu’ils confisquent la...

0
Tensions politiques et sociales, préparation de la présidentielle… Le président du Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’État de droit (HCDDED) n’épargne aucun sujet et partage pour Politikà ses points de vue sur ces sujets.

Lire nos parutions en ligne

spot_img

Suivez-nous sur

AccueilEconomieInterview de Jean Raphaël Mananandro : «La meilleure solution est le dialogue social»