29 C
Antananarivo
vendredi 2 décembre 2022
$0

Vous n'avez pas encore sélectionné de publication à télécharger.

Interview de Richard Rakotonirina : « Madagascar gagnera à coopérer avec les pays qui respectent sa souveraineté »

InterviewsInterview de Richard Rakotonirina : « Madagascar gagnera à coopérer avec les pays qui respectent sa souveraineté »

Très discrète auparavant, l’association Les Amis de la Russie à Madagascar s’est réveillée pour défendre farouchement les relations entre les deux pays et la Russie. Entretien avec son président.

Qu’est-ce que l’ARM et quels sont ses objectifs?

Richard Rakotonirina (R.R.): Les Amis de la Russie à Madagascar est une association de droit malgache qui a vu le jour en juin 2021. Elle a pour objectif la coopération de Madagascar avec la Russie et les pays du Brics (un groupe de cinq pays qui se réunissent depuis 2011 en sommets annuels : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud, NDLR). C’est une association culturelle, éducative, sociale, environnementale et qui promeut le développement. Les membres tournent autour de 500, mais avec les sympathisants ce nombre peut aller de 700 à 800.

Les membres sont des sortants des écoles de l’ex-URSS, de Cuba, mais aussi de ceux qui ont étudié ou vécu dans d’autres pays, mais qui souhaitent s’affilier. L’ARM a des antennes régionales : Boeny, Fianarantsoa, Antsirabe, Toamasina et bientôt Toliara. À part la facilitation des échanges entre la Russie et les Brics avec Madagascar, l’ARM fait également des actions sociales, comme les dons de sang ou la distribution de biens aux démunis. Néanmoins, avec la crise liée à la Covid-19, ses activités ont été un peu ralenties.

L’une de nos récentes activités est l’organisation de la célébration des 50 années de relations diplomatiques entre la Russie et Madagascar à la Bibliothèque nationale, les 3 et 4 novembre derniers, en collaboration avec l’Ambassade de Russie à Madagascar.

Avec le conflit actuel entre l’Ukraine et la Russie, comment vous positionnez-vous? La plupart des partenaires techniques et financiers proviennent des pays qui sont contre cette guerre, la position de neutralité est-elle tenable pour Madagascar, notamment avec les conséquences comme la hausse de prix des denrées alimentaires? 

R.R. : Tout d’abord, nous ne parlons pas de guerre entre l’Ukraine et la Russie, mais d’une “opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine”. Notre position est claire et nette : nous sommes contre cette accusation à l’encontre de la Russie. Cette position se réfère à la charte des Nations unies concernant l’intégrité territoriale et nous ne faisons aucune objection ou remarque sur la position de neutralité du gouvernement malgache. Les partenaires techniques et financiers se servent de leur financement comme conditions de négociation, ce qui fragilise Madagascar dans son indépendance et sa souveraineté.

La Grande île peut se libérer petit à petit de la dépendance financière vis-à-vis de ces bailleurs classiques si les dirigeants ont la volonté politique et l’audace de mettre en place une stratégie politique mûrement réfléchie. Ils doivent instaurer la bonne gouvernance et la transparence dans la gestion du pays et enfin d’y assurer une bonne gestion et une bonne répartition des richesses. Pendant la transition, le pays n’a bénéficié d’aucun financement extérieur et, pourtant, le régime politique en place a pu fonctionner grâce au financement provenant des richesses intérieures.

Qu’est-ce que Madagascar a à gagner avec la coopération avec la Russie, et qu’avez-vous à dire sur les allégations de présence du groupe Wagner à Madagascar ?

R.R. : Que nous le voulions ou non, il y aura déjà des conséquences de cet affrontement entre la Russie et l’Ukraine. Deux blocs se constituent déjà : celui des États-Unis avec l’Europe et leurs pays alliés, d’un côté, et celui des Brics, de l’autre. Les positions respectives de chaque pays doivent être claires. Si les dirigeants malgaches veulent réellement développer Madagascar, le bloc Brics nous convient le mieux. La raison est simple : l’agriculture et l’élevage doivent être notre priorité, afin de parvenir à une réelle autosuffisance alimentaire. La Russie possède des expertises dans ces domaines, si nous ne parlons que des outils agricoles mécaniques (tracteurs, motoculteurs…), des semences et des engrais. Il y a un travail de titan à faire également pour remettre en état et renouveler le parc énergétique malgache.

Ce chantier peut être mené avec la Russie, par la construction de barrages hydroélectriques, mais aussi par l’utilisation d’énergies renouvelables. L’utilisation de l’énergie nucléaire est aussi envisageable en sachant que 4 stations nucléaires (différentes des centrales nucléaires) peuvent produire
1 800 mégawatts d’électricité, qui constitue presque toute la consommation en énergie de Madagascar. Troisièmement, il y a la nécessité d’industrialiser le pays, pour que les produits malgaches soient transformés sur place et pour qu’ils acquièrent une valeur ajoutée au lieu qu’ils soient exportés de manière brute. C’est un chantier qu’il est possible de travailler en collaboration avec les pays du Brics, dans le cadre de partenariats gagnants-gagnants.

Concernant l’économie mondiale, tous les pays sont impactés par ce qui se passe en Ukraine et en Russie, y compris les pays qui constituent les partenaires techniques et financiers habituels de Madagascar. Ils seront forcément dans l’obligation de procéder au redressement de leurs économies, ce qui limitera les aides qu’ils pourront donner, d’autant plus que, depuis 62 ans que la Grande île avance avec eux, la pauvreté n’a toujours pas été éradiquée. Il ne s’agit pas de couper les ponts avec ces pays, mais d’aller vers une coopération gagnant-gagnant. En tant qu’île, Madagascar a intérêt à coopérer avec tous les pays qui veulent respecter ses valeurs et sa souveraineté.

Pour ce qui est de la présence de Wagner à Madagascar, je parlerai davantage de présence russe. Il y a des investissements russes au sein de la société Kraoma, il y a eu des financements lors des campagnes présidentielles, mais comme les Russes sont l’ennemi juré des Occidentaux, on en fait des choux gras. Qu’est-ce qui différencie ces pratiques avec celles des opérateurs indo-pakistanais qui financent des candidats lors des campagnes électorales, ou d’autres investissements ou interventions des pays occidentaux dans d’autres pays ?

Il a été reproché à l’ancien ministre des Affaires étrangères, Richard Randriamandrato, d’avoir pris seul la décision de voter en faveur de la résolution de l’ONU condamnant «les annexions illégales de la Russie en Ukraine», alors que Madagascar a toujours revendiqué faire partie des pays non alignés. Un acte qui lui a coûté son poste. Mais pour un pays qui revendique un territoire comme les îles Éparses, ce positionnement n’est-il pas légitime?

R.R. : Le limogeage du ministre des Affaires étrangères qui a suivi le vote en faveur de la non-annexion par la Russie de quatre régions en Ukraine a été pris comme un signal fort par la Russie. Madagascar peut toujours revendiquer les îles Éparses, car nous réitérons qu’elles lui appartiennent, et qu’il ne faut pas demander leur co-gestion, mais leur restitution.

La résolution que les Nations unies ont sortie en 1979 ordonne la restitution de ces îles à Madagascar et le non-respect de cette résolution est une diversion. Le contexte géopolitique actuel donne toute latitude à Madagascar pour coopérer ou s’allier avec les pays qui le soutiendront dans cette cause. 

                                                                                                                     

Articles les plus populaires

Politika 29

Au sommaire : Editoriaux La faim du monde par Raoto Andriamanambe L’élite, seul(e) chez...

Tourisme, nosy Be n’emmène pas au large

Alors que Nosy Be sortait d’une année 2019 faste et prospère sur tous les plans, elle se retrouve désormais à devoir gérer une multitude de problématiques, caractéristiques de son environnement socio-économique. La crise sanitaire induite par la Covid-19 a dessiné une toute nouvelle réalité. Des rues désertes, des commerces et des hôtels tristement vides, tel est désormais l’image arborée par l’Île aux parfums depuis deux ans.

Terres rares, convoitises immenses

Elles sont devenues indispensables aux batteries des véhicules électriques comme aux écrans des smartphones et aux éoliennes. Les terres rares font l’objet de nombreuses convoitises au niveau mondial. Elles sont composées d’un groupe de métaux aux propriétés voisines comprenant le scandium, l’yttrium, et les quinze lanthanides.

Terres rares d’Ampasindava, une société gourmande, une communauté sur sa faim

Dans un pays en voie de développement avide de ressources financières, comme Madagascar, l’exploitation des terres rares semble être un choix pour alimenter les caisses de l’État. Cependant, beaucoup craignent qu’elle n’apporte pas de retombées tangibles pour la population locale.

Montée des eaux, les îles réclament un«traitement différencié »

Le monde est proche d’un point de non-retour. Des pays insulaires sont appelés à disparaître si le niveau de réchauffement climatique n’est pas maintenu.

Interview du Professeur Holimalala Randriamanampisoa : « L’inflation frappe l’économie dans son ensemble, des ménages aux entreprises »

Les pays les moins avancés, comme la Grande île, subissent de plein fouet les effets de la guerre entre la Russie et l’Ukraine ainsi que ceux d’une relance post-Covid brutale. La responsable de la mention économie à l’université d’Antananarivo nous explique les mécanismes de cette inflation qui atteint sévèrement les ménages.

L’élite, seul(e) chez soi

L’élite. Rien que le son de ce mot est une sonate à mes oreilles. Faire partie de l’élite, c’est mon rêve d’enfant. Car j’ai toujours supposé que, là-haut, je n’aurai plus de soucis. Si bien que le travail manuel, suer sang et eau n’est pas tellement quelque chose qu’on n’a jamais connu.

Interview de Max Andonirina Fontaine: « L’Afrique a insisté pour que le loss and damage soit inscrit dans l’agenda de la Cop27 »

Il est l’un des symboles de la jeunesse pleinement engagée en faveur de la lutte contre le changement climatique. Max Andonirina Fontaine, YLTPien et fondateur et CEO de Bôndy, a pris part à la Cop27. Il nous partage son ressenti et analyse pour nous les avancées et les défis qui attendent particulièrement l’Afrique et Madagascar en matière environnementale.

Ambohitriniandriana, au passé composé

0
Avant Ikongo, avant Iabohaza, un drame d’une ampleur inédite avait frappé le cœur de la société Malgache. La vie des habitants du fokontany d’Anosikely, de la commune rurale d’Ambolotarakely, dans le district d’Ankazobe, région Analamanga, sera à jamais bouleversée par une attaque sans précédent. Aujourd’hui, leur vie est rythmée par la peur et l’inquiétude. Récit.

Madagascar – île Maurice : une convention fiscale à sens unique

0
En 2019, l’île Maurice avait fait la Une de la presse mondiale, non pas pour ses plages de sable fin, ses eaux cristallines et ses hôtels majestueux, mais pour la fuite de documents pointant du doigt la manière dont des entreprises profitent du régime fiscal particulièrement attractif de ce pays voisin de Madagascar. Elle est l’une des destinations privilégiées des grands groupes malgaches également.

Une guerre que personne ne connaît

0
Les menaces viennent uniquement de l’intérieur. Les coups d’État, les renversements, les escarmouches entre le pouvoir et les milices dans les zones rurales…

La pêche, la tête sous l’eau

0
L’île de Nosy Be est reconnue pour son écosystème marin extraordinaire. Outre le tourisme qui est la première source de revenus de la population locale, l’Île aux parfums figure parmi les zones stratégiques en termes de pêche, avec une production annuelle de 18 millions de tonnes en 2019 réalisée par quelque 20 000 pêcheurs. Des menaces planent pourtant sur cette voie potentielle de développement, à cause du changement climatique.

Interview de Pierre Lenoble Navony : «Certains s’affirment être démocrates alors qu’ils confisquent la...

0
Tensions politiques et sociales, préparation de la présidentielle… Le président du Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’État de droit (HCDDED) n’épargne aucun sujet et partage pour Politikà ses points de vue sur ces sujets.

Lire nos parutions en ligne

spot_img

Suivez-nous sur

AccueilInterviewsInterview de Richard Rakotonirina : « Madagascar gagnera à coopérer avec les pays qui respectent sa souveraineté »