29 C
Antananarivo
vendredi 2 décembre 2022
$0

Vous n'avez pas encore sélectionné de publication à télécharger.

Interview du Professeur Holimalala Randriamanampisoa : « L’inflation frappe l’économie dans son ensemble, des ménages aux entreprises »

EconomieInterview du Professeur Holimalala Randriamanampisoa : « L’inflation frappe l’économie dans son ensemble, des ménages aux entreprises »

Les pays les moins avancés, comme la Grande île, subissent de plein fouet les effets de la guerre entre la Russie et l’Ukraine ainsi que ceux d’une relance post-Covid brutale. La responsable de la mention économie à l’université d’Antananarivo nous explique les mécanismes de cette inflation qui atteint sévèrement les ménages.

Dans quelle situation parle-t-on d’inflation

Professeur Holimalala Randriamanampisoa (Pr H.R.) : Pour employer le terme d’inflation, la hausse des prix doit concerner les biens et les services dans leur globalité et être observée sur plusieurs périodes consécutives. Elle doit correspondre à une hausse généralisée et durable des prix des biens et services. Si, et seulement si, ces critères sont réunis, alors le terme d’inflation peut être employé. Elle se traduit inévitablement par une baisse de la valeur de la monnaie.

Autrement dit, pour acheter un même produit, vous devrez désormais débourser plus. Il s’agit donc d’une perte partielle du pouvoir d’achat d’un montant fixe de la monnaie nationale, l’ariary dans notre cas. L’inflation frappe l’économie dans son ensemble, des ménages aux entreprises en passant par les administrations publiques.

Dans un contexte mondial particulièrement difficile, où se situe Madagascar dans cette spirale inflationniste ?
Pr. H.R.  :
L’inflation galopante est une inflation dont le niveau ou le taux d’inflation est caractérisé par des augmentations supérieures à deux chiffres. Pour l’instant, nous n’en sommes pas encore là. Les données émanant de l’Institut national de la statistique (Instat) affirment un taux d’inflation à 9,3%. Ce chiffre peut être décortiqué comme suit: les prix des produits de première nécessité ont augmenté de 7,7%, tandis que ceux des produits alimentaires et des boissons non alcoolisées ont bondi de 10,2%. Le coût de la santé a augmenté de 7,4% et celui du riz à 3,7%.

L’institution a affirmé que l’inflation la plus forte concerne l’ameublement et l’équipement ménager, avec une valeur de +31,6%, suivi du coût de transport et celui de l’énergie qui s’élève respectivement à 19,2% et 13,5%. L’inflation est devenue un phénomène mondial et touche aussi bien les pays développés, les pays émergents ainsi que les pays en développement, même si les conséquences ne sont pas toujours les mêmes. Dans la zone euro et hors zone euro: l’inflation atteint plus de 10% au Royaume-Uni et 8,5% aux États-Unis, en juillet 2022. Dans les pays émergents, le taux d’inflation a dépassé les deux chiffres. Il en est de même dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne.

Quelles en sont les causes?

Pr H.R.  : Cette hausse du taux d’inflation trouve ses principales causes dans le contexte international, notamment par rapport à la période post-Covid et la guerre en Ukraine. Les chaînes d’approvisionnement mondiales continuent d’être fortement perturbées par les événements liés à la crise de la Covid-19. La politique zéro Covid de la Chine rend ce processus encore plus compliqué. L’Empire du Milieu a choisi la fermeture d’usines – voire le confinement de villes entières – dès l’apparition de quelques cas dans le cadre de cette politique radicale.

Grâce à la reprise de l’activité économique après la crise de la Covid-19, les consommateurs ont rattrapé une partie de leur demande reportée. On observe donc une demande supérieure à l’offre. Les prix augmentent automatiquement. D’autant plus que les coûts de transport sont montés en flèche, ce qui accroît les prix des produits importés. La guerre en Ukraine a provoqué une flambée des prix des denrées alimentaires et des coûts de l’énergie. La hausse du coût de l’énergie impacte forcément le coût de la production au niveau mondial.

Quels facteurs majeurs peuvent engendrer la hausse des prix sur le marché? 

Pr H.R.  : Le phénomène de l’inflation reste complexe et, d’une manière générale, l’origine de l’inflation peut être multiple, mais les économistes distinguent quatre types d’inflation. En premier lieu, il s’agit de l’inflation par la demande. Selon les économistes de l’école keynésienne, l’inflation s’explique par un déséquilibre entre l’offre et la demande. Lorsque la demande excède l’offre de biens et de services, les prix augmentent mécaniquement afin de retrouver cet équilibre. C’est cette rareté qui entraîne la hausse des prix. Ensuite, on peut noter l’inflation par la masse monétaire.

Il est possible d’expliquer l’inflation en s’intéressant à la masse monétaire. Si cette dernière est accrue de manière excessive, alors la monnaie créée excède la richesse réelle d’un pays. La monnaie perd de la valeur et les prix augmentent pour compenser cette dépréciation. En troisième lieu intervient l’inflation par les coûts. Une hausse généralisée et persistante des prix peut se justifier par une augmentation du coût de fabrication d’un bien ou parce que les produits qui le composent sont de plus en plus chers. L’augmentation du coût de fabrication provient souvent d’une hausse des salaires, qui se répercute sur le prix des biens et des services. Le consommateur ressentira également la hausse du prix des matières premières au moment de son achat.

Enfin, l’inflation structurelle résulte aussi de certaines mutations structurelles au sein de l’économie. C’est le cas d’une situation de monopole caractérisée par une absence de concurrence, par exemple. D’autres raisons, purement psychologiques, pourraient aussi expliquer ce phénomène. Imaginez qu’une entreprise vendant de la farine ait anticipé de très mauvaises récoltes de blé. Elle augmentera donc les prix de sa marchandise pour compenser la potentielle perte à venir.

Suivant la tendance haussière du prix du baril de pétrole, comment prévoyez-vous la situation pour la Grande île?

Pr H.R.  : Depuis le mois d’août, le prix du baril de Brent sur le marché international a connu une légère baisse et il est repassé sous la barre des 100 dollars. Dans notre cas, cette baisse ne sera pas vraiment perçue si une amélioration profonde de la structure de notre économie ne s’opère pas.

Les efforts entrepris pour la relance post-Covid étaient-ils efficaces?
Pr H.R. : J’ai déjà expliqué le lien avec la crise de la Covid-19. Les efforts entrepris ont été souvent de nature conjoncturelle comme la distribution de vivres, le travail à haute intensité de main-d’œuvre… Ils ont été utiles surtout pour les couches les plus défavorisées de la population, mais sur le long terme, ils demeureront insuffisants pour lutter efficacement contre l’inflation.

On parle souvent de la guerre en Ukraine comme l’un des facteurs majeurs de l’inflation. Pouvez-vous expliquer la relation de cause à effet? Pr H.R. : Effectivement, la guerre en Ukraine est souvent citée comme l’un des principaux facteurs à l’origine de l’inflation au niveau mondial. Les deux pays en conflit sont des exportateurs de premier plan de pétrole brut et de gaz. Cette situation affecte inévitablement les coûts des chaînes de production et de distribution. Ces phénomènes, à leur tour, impacteront le niveau d’investissement ainsi que la compétitivité des entreprises, surtout pour les pays pauvres comme Madagascar.

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), une quarantaine de pays – dont bon nombre des pays les plus pauvres du monde  – dépendent de l’Ukraine et de la Russie pour plus de 30% de leurs importations de blé. Madagascar, par exemple, importe plus de 75% de ses besoins en blé depuis la Russie et l’Ukraine. Nous pouvons aisément imaginer les impacts de ce phénomène dans les secteurs productifs qui utilisent ces matières premières, mais également en termes de sécurité alimentaire.

Si la situation ne s’améliore pas, quels scénarios seraient-ils envisageables?  

Pr H.R. : La situation risque d’être difficile si des mesures importantes ne sont pas prises et espérons que d’ici la fin de l’année Madagascar n’affichera pas un taux d’inflation supérieur à deux chiffres. D’après sa projection, l’Instat prévoit une diminution du taux d’inflation autour de 6% pour l’année 2023.

Que pensez-vous de la politique de fixation de prix? Est-ce une solution appropriée?

Pr H.R.  : La fixation des prix est une des restrictions gouvernementales imposées sur les denrées et les marchés des services . Les objectifs de tels contrôles sont, notamment, de maintenir accessible l’accès aux aliments de base, d’éviter les prix abusifs et de ralentir l’inflation. Dans un premier temps, il peut s’avérer efficace, mais sur le long terme cette mesure pourrait créer des distorsions, voire des perturbations au niveau des marchés des biens et services. Lorsque le prix maximum est inférieur au prix d’équilibre entre l’offre et la demande, le volume de l’offre est inférieur à celui de la demande et une partie de celle-ci ne sera pas satisfaite. Pire, cette situation pourrait renforcer davantage l’inflation.

Quelles sont les pistes pouvant aider à maîtriser l’inflation

Pr H.R.  : La lutte contre l’inflation doit être moins envisagée comme un ensemble de problèmes fiscaux, financiers, voire monétaires, qu’un problème purement économique. Il s’agit de produire des biens nouveaux, soit en réduisant d’autres productions, soit en développant la production, en soutenant des branches productives par des politiques fiscales, en mettant en place des mesures incitatives pour soutenir les entreprises locales et en réfléchissant à des alternatives pouvant augmenter les revenus des ménages, surtout ceux qui sont les plus défavorisés.

Madagascar est présenté comme étant un pays à vocation agricole. Ce secteur n’est-il pas une piste sérieuse pour contrer les effets de la crise alimentaire et l’inflation ? 

Pr H.R.  : La lutte contre l’inflation nécessite une (ré)organisation structurelle de notre économie, notamment par le renforcement du capital humain et des infrastructures, l’amélioration du secteur agricole et de l’ensemble du secteur productif. Madagascar dispose d’assez de ressources (matérielles, humaines, techniques etc.) pour ce faire ou du moins pour limiter ce phénomène. Après, le reste est une question de volonté politique.  

Articles les plus populaires

Politika 29

Au sommaire : Editoriaux La faim du monde par Raoto Andriamanambe L’élite, seul(e) chez...

Tourisme, nosy Be n’emmène pas au large

Alors que Nosy Be sortait d’une année 2019 faste et prospère sur tous les plans, elle se retrouve désormais à devoir gérer une multitude de problématiques, caractéristiques de son environnement socio-économique. La crise sanitaire induite par la Covid-19 a dessiné une toute nouvelle réalité. Des rues désertes, des commerces et des hôtels tristement vides, tel est désormais l’image arborée par l’Île aux parfums depuis deux ans.

Terres rares, convoitises immenses

Elles sont devenues indispensables aux batteries des véhicules électriques comme aux écrans des smartphones et aux éoliennes. Les terres rares font l’objet de nombreuses convoitises au niveau mondial. Elles sont composées d’un groupe de métaux aux propriétés voisines comprenant le scandium, l’yttrium, et les quinze lanthanides.

Terres rares d’Ampasindava, une société gourmande, une communauté sur sa faim

Dans un pays en voie de développement avide de ressources financières, comme Madagascar, l’exploitation des terres rares semble être un choix pour alimenter les caisses de l’État. Cependant, beaucoup craignent qu’elle n’apporte pas de retombées tangibles pour la population locale.

Montée des eaux, les îles réclament un«traitement différencié »

Le monde est proche d’un point de non-retour. Des pays insulaires sont appelés à disparaître si le niveau de réchauffement climatique n’est pas maintenu.

Interview de Richard Rakotonirina : « Madagascar gagnera à coopérer avec les pays qui respectent sa souveraineté »

Très discrète auparavant, l’association Les Amis de la Russie à Madagascar s’est réveillée pour défendre farouchement les relations entre les deux pays et la Russie. Entretien avec son président.

L’élite, seul(e) chez soi

L’élite. Rien que le son de ce mot est une sonate à mes oreilles. Faire partie de l’élite, c’est mon rêve d’enfant. Car j’ai toujours supposé que, là-haut, je n’aurai plus de soucis. Si bien que le travail manuel, suer sang et eau n’est pas tellement quelque chose qu’on n’a jamais connu.

Interview de Max Andonirina Fontaine: « L’Afrique a insisté pour que le loss and damage soit inscrit dans l’agenda de la Cop27 »

Il est l’un des symboles de la jeunesse pleinement engagée en faveur de la lutte contre le changement climatique. Max Andonirina Fontaine, YLTPien et fondateur et CEO de Bôndy, a pris part à la Cop27. Il nous partage son ressenti et analyse pour nous les avancées et les défis qui attendent particulièrement l’Afrique et Madagascar en matière environnementale.

Ambohitriniandriana, au passé composé

0
Avant Ikongo, avant Iabohaza, un drame d’une ampleur inédite avait frappé le cœur de la société Malgache. La vie des habitants du fokontany d’Anosikely, de la commune rurale d’Ambolotarakely, dans le district d’Ankazobe, région Analamanga, sera à jamais bouleversée par une attaque sans précédent. Aujourd’hui, leur vie est rythmée par la peur et l’inquiétude. Récit.

Madagascar – île Maurice : une convention fiscale à sens unique

0
En 2019, l’île Maurice avait fait la Une de la presse mondiale, non pas pour ses plages de sable fin, ses eaux cristallines et ses hôtels majestueux, mais pour la fuite de documents pointant du doigt la manière dont des entreprises profitent du régime fiscal particulièrement attractif de ce pays voisin de Madagascar. Elle est l’une des destinations privilégiées des grands groupes malgaches également.

Une guerre que personne ne connaît

0
Les menaces viennent uniquement de l’intérieur. Les coups d’État, les renversements, les escarmouches entre le pouvoir et les milices dans les zones rurales…

La pêche, la tête sous l’eau

0
L’île de Nosy Be est reconnue pour son écosystème marin extraordinaire. Outre le tourisme qui est la première source de revenus de la population locale, l’Île aux parfums figure parmi les zones stratégiques en termes de pêche, avec une production annuelle de 18 millions de tonnes en 2019 réalisée par quelque 20 000 pêcheurs. Des menaces planent pourtant sur cette voie potentielle de développement, à cause du changement climatique.

Interview de Pierre Lenoble Navony : «Certains s’affirment être démocrates alors qu’ils confisquent la...

0
Tensions politiques et sociales, préparation de la présidentielle… Le président du Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’État de droit (HCDDED) n’épargne aucun sujet et partage pour Politikà ses points de vue sur ces sujets.

Lire nos parutions en ligne

spot_img

Suivez-nous sur

AccueilEconomieInterview du Professeur Holimalala Randriamanampisoa : « L’inflation frappe l’économie dans son ensemble, des ménages aux entreprises »