18 C
Antananarivo
jeudi 9 février 2023
$0

Vous n'avez pas encore sélectionné de publication à télécharger.

L’affiche « Ndao », une expression combative dans le contexte du reflux soixante-douzard

PolitiqueL’affiche « Ndao », une expression combative dans le contexte du reflux soixante-douzard

Le mouvement populaire de 1972 a déployé des formes inédites de mobilisation, d’action et d’expression, comparées à celles qui ont prévalu sous la colonisation : les luttes politiques légales pour l’indépendance et l’insurrection patriotique armée de 1947.

Cette fois-ci, face à une indépendance sans souveraineté, autrement dit une domination politique, économique et culturelle de l’ancienne Métropole intégralement maintenue, par le biais des accords de coopération franco-malgaches de 1960, un mouvement de la jeunesse s’est construit en prenant conscience du caractère étriqué des enjeux politiciens et syndicaux qui figeaient, avec les pesanteurs patriarcales, la formation sociale malgache.

Dynamique

D’avril à septembre, le mouvement a connu des phases de flux puis d’« apogée » – ce qu’a été mai 72 – et de reflux pendant lesquelles des jeunesses (urbaines, universitaires, scolaires puis déscolarisées) se sont levées. Elles étaient soudées dans l’action contre le système néocolonial et avaient réclamé la malgachisation de l’enseignement et celle de l’administration et de l’économie. Par la suite, certaines fractions de la bourgeoisie, des syndicats de travailleurs (à partir du 15 mai, jour de la marche vers le Palais du Premier ministre), ainsi que progressivement des secteurs de la paysannerie se sont impliqués finalement dans la dynamique après l’imposition d’un gouvernement de militaires et de techniciens, le 18 mai.

De bout en bout, « 72 » s’est caractérisé par son organisation d’une grève générale démocratique articulant dissensus et consensus, assemblées (générales) délibératives, motions d’analyse et d’orientation et in fine actions de masse… tout en favorisant une relative grande fraternité et une expression libératrice de tout un chacun.

Face à l’offensive de réorganisation du procès néocolonial menée par le nouveau pouvoir qui a entrepris de récupérer le mouvement populaire dans un sens normalisateur, le Komity iombonan’ny mpitolona (Kim), le comité commun de grève, a appelé à la tenue en septembre d’un Zaikabem-pirenena (congrès national). La stratégie gouvernementale de pourrissement de la situation a essoufflé le mouvement qui a entamé dès lors son reflux. D’aucuns voyaient même le projet de Zaikabe comme une sorte de baroud d’honneur.

Contrastes

C’est dans ce contexte de reflux du mouvement que j’ai proposé, en électron libre, au Kim, via deux responsables amis, Solofo Randrianasolo et Tovonanahary Rabetsitonta, la conception et la fabrication d’une affiche d’identification du mouvement et de remobilisation citoyenne : c’était le projet Ndao. Le projet est né d’une matrice d’affiche dessinée au crayon-stylo-feutre dans un local du lycée d’Ampefiloha, occupé par le Kim, à l’approche du Zaikabe. Je n’avais aucune référence artistique avérée, particulièrement dans le domaine où je me lançais, mais juste une expérience de hobby qui m’a fait exercer (pour moi-même ou pour certains amis) divers portraits au crayon-stylo-feutre à partir d’illustrations trouvées dans la presse ou dans des livres.

Je peux citer l’iconique Che Guevara, Guerillero Heroico  (d’après les clichés du photographe cubain Alberto Korda), Free Angela Davis, Free Huey Newton (dirigeant du Black Panther Party), FNL Vietnam vaincra, etc. Dans ma vision, l’affiche Ndao sera du même type que ces dessins faits à partir d’illustrations soixante-huitardes. Elle sera une mise en exergue de contrastes entre les couleurs noire (les traits en ombres du personnage) et rouge (le fond de l’affiche) et, bien sûr et surtout, une combativité marquée.

Pour Ndao, j’ai construit un dessin graphique à partir d’une illustration que j’ai trouvée dans un numéro de la revue Réalités malgaches de l’époque : une photographie d’archive d’un paysan du Sud malgache lors du mouvement d’avril 1971 mené par le parti Monima.

Dans mon brouillon au format A4, la tête du paysan en lutte était enserrée d’un bandeau (comme celles de certains insurgés dans l’histoire de par le monde), tandis que son bras gauche brandissait une kalachnikov. Ce dernier symbole dépassait l’entendement, je le reconnaissais… d’ailleurs, le Kim a refusé ce brouillon. Donc, j’ai remplacé la kalachnikov par un poing gauche bien fermé, ce que le Kim a adoubé. Ainsi, le Zaikabem-pirenena a eu son affiche en «rouge et noir», le rouge pour «démocratie» et le noir pour «liberté».

Héritage théorique

« 72 » a adopté le slogan Ndao pour appeler à l’action… «Ndao – Na ho vy na ho vato, tsy maintsy mandresy ny vahoaka madinika» (En avant ! Face au fer ou face à la pierre, le peuple vaincra inéluctablement). Ndao parce que le Zaikabe en préparation me semblait grippé et qu’il fallait réveiller la combativité de la population. Ajoutez-y mon clin d’œil internationaliste, et pour l’histoire, à Vorwärts (c’est-à-dire Ndao, bien sûr), le journal social-démocrate où Friedrich Engels a publié en 1876 son Anti-Duhring, un peu une partie de mon héritage théorique.

Ainsi, l’affiche Ndao du Zaikabem-pirenena de 1972 appelait à un regain de combativité citoyenne pour une unité populaire. À ne pas confondre avec l’affiche Ndao de 1977, en rouge et noir aussi, presque identique (à une nuance près), du parti MFM-MFT (Mpitolona ho an’ny fanjakan’ny madinika – Mpitolona ho an’ny fanatanterahana ny tolom-piavotana) où le personnage militant a été rajeuni et quelque peu « zoamisé » dans son apparence. Normal, à mon sens : ce parti était alors en marche vers une participation au pouvoir sous la deuxième République et s’adressait d’abord à sa clientèle potentielle.

Jean-Claude Rabeherifara

Articles les plus populaires

Renégociation des accords de coopération, la grande bascule économique

Après la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement français s’est résigné à une décolonisation qui allait, comme on disait dans les années 60, « dans le sens de l’histoire »  tout en cherchant à maintenir le plus longtemps possible des liens privilégiés avec les anciennes colonies à travers des mécanismes d’aides financières et de préférences commerciales.

Interview de Jean Yvon Tiao Razananivo : « La filière vanille est en danger »

Les Organisations de la société civile (OSC) ont tenu, dans le courant du mois d’août, un forum national sur la vanille, auquel des acteurs en provenance de toutes les zones productrices ont participé. En marge de cet évènement, Tiao Razananivo, président du Comité pour la protection des intérêts d’Antalaha - Komity miaro ny tombontsoan’Antalaha (KMTA) nous a fait part de ses réflexions sur la question.

Guerre, sécheresse, changement climatique: clap de faim

L’économie mondiale vacille de nouveau, après la crise sanitaire et ses plus de six millions de morts à travers le monde. Madagascar n’échappe pas à la règle, mais avec des incidences dramatiques.

Diplomatie : de la pêche aux intérêts au péché d’orgueil

À l’orée d’un basculement des rapports géopolitiques mondiaux, la position diplomatique et les relations internationales de Madagascar restent floues, ou pour le moins, hésitantes. Le limogeage du ministre des Affaires étrangères a révélé au grand jour les divergences au sein de l’Exécutif.

Interview croisée de Bao Razafimahefa et de Lucien Razafindrakoto

0
Pourquoi les systèmes de sécurité sociale obligatoires peinent-ils à s’imposer à Madagascar ? Bao Razafimahefa (B.R.) : L’article 19 de la Constitution garantit le droit à la...

Ambohitriniandriana, au passé composé

0
Avant Ikongo, avant Iabohaza, un drame d’une ampleur inédite avait frappé le cœur de la société Malgache. La vie des habitants du fokontany d’Anosikely, de la commune rurale d’Ambolotarakely, dans le district d’Ankazobe, région Analamanga, sera à jamais bouleversée par une attaque sans précédent. Aujourd’hui, leur vie est rythmée par la peur et l’inquiétude. Récit.

Interview du Professeur Holimalala Randriamanampisoa : « L’inflation frappe l’économie dans son ensemble, des ménages...

0
Les pays les moins avancés, comme la Grande île, subissent de plein fouet les effets de la guerre entre la Russie et l’Ukraine ainsi que ceux d’une relance post-Covid brutale. La responsable de la mention économie à l’université d’Antananarivo nous explique les mécanismes de cette inflation qui atteint sévèrement les ménages.

Une guerre que personne ne connaît

0
Les menaces viennent uniquement de l’intérieur. Les coups d’État, les renversements, les escarmouches entre le pouvoir et les milices dans les zones rurales…

Produit de rente : la vanille n’est plus en odeur de sainteté

0
Contestation des acteurs devant à l’immixtion de l’État dans la gestion de la filière vanille, soupçons de tentative de monopole, scandale des crèmes glacées à la vanille de Madagascar retirées du marché, des produits qui ne trouvent pas preneurs, montée de la concurrence ou encore risque de boycott des prix par les importateurs… l’or vert de la Grande île passe actuellement par une zone de turbulence.

Lire nos parutions en ligne

Suivez-nous sur

AccueilPolitiqueL’affiche « Ndao », une expression combative dans le contexte du reflux soixante-douzard