29 C
Antananarivo
vendredi 2 décembre 2022
$0

Vous n'avez pas encore sélectionné de publication à télécharger.

Croyance et faits de société, les albinos vivent dans la terreur

SociétéCroyance et faits de société, les albinos vivent dans la terreur

Les personnes atteintes d’albinisme vivent dans la terreur à cause de croyances et fausses rumeurs. À la merci de kidnappeurs commandités par des clients d’ailleurs, les violences sont gratuites amplifient leurs malheurs.

Ils sortaient d’une réunion organisée dans un grand hôtel pour discuter des mesures de protection et d’accompagnement des personnes atteintes d’albinisme. Ceux qui les ont croisés ce soir-là sont surpris. Il est inhabituel de rencontrer un groupe de jeunes albinos dans les rues d’Antananarivo escorté par des éléments de la gendarmerie. Ils arpentent les rues d’Antaninarenina vers Ambohidahy. Un trajet qui ne nécessite pas la mobilisation d’éléments des forces de défense et de sécurité pour d’autres jeunes à leurs âges. Toutefois, un tel dispositif est nécessaire pour assurer leur sécurité.

Hordes

En effet, en plus des problèmes de santé auxquelles elles doivent faire face chaque jour, les personnes albinos vivent dans la terreur depuis quelques années. « Nous subissons toutes sortes de violences et d’agressions. Certains des nôtres ont même perdu leur vie. Nous vivons dans la crainte au quotidien et actuellement les albinos font l’objet de trafics », s’insurge Soja Fulgence Ramiandrisoa, président national de l’Association des albinos Madagascar (voir interview par ailleurs). En effet, des attaques, des enlèvements, des séquestrations, mutilations et d’autres violences ont été perpétrés à leur endroit. Il suffit de faire un tour dans les réseaux sociaux pour s’en apercevoir. Le plus souvent, les victimes sont situées dans des zones rurales et enclavées dont on ne saurait situer sur la carte comme Benato, Soamenda, Mandiso, Sahambole, Analambarika ou Ankiliabo.

En recensant les cas rapportés depuis 2020, la plus jeune victime est un bébé de 11 mois, assailli par une horde de bandits armés pendant la nuit avec son frère de trois ans, à Ankazoabo. La tentative d’enlèvement a échoué mais les traumatismes ont surement laissé des séquelles. La plus âgée est un jeune homme de 21 ans, retrouvée à Maroalopoty Ambovombe. La plupart des albinos victimes d’enlèvement sont des enfants en bas âge. « Plus de treize cas déclarées de kidnapping d’enfants atteints d’albinisme dont un meurtre ont été enregistrés ces deux dernières années dans les trois régions du Grand Sud (Anosy, Androy et Atsimo Andrefana). Parmi eux, neuf concernent la région Anosy » précise le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) dans un communiqué de presse à l’occasion de la Journée internationale de sensibilisation sur l’albinisme.

Thèse plausible

En février, les experts des droits de l’homme des Nations unies ont exhorté l’État malgache à prendre des mesures immédiates pour protéger les albinos. L’inquiétude de cet organisme onusien est fondée car au-delà de ces « cas enregistrées », la réalité donne des frissons. « Le nombre authentique d’attaques est probablement plus élevé et pourrait augmenter », signalent-ils. En effet, la quasi-totalité des cas rapportés concernent d’albinos « sauvés » ou « retrouvés ». Les statistiques relatives au signalement d’enlèvement ou de disparition ne sont pas disponibles. « Il y a eu sept attaques en 2020, neuf en 2021 et pour ces cinq premiers mois de cette année, il y en a déjà eu douze. Nous pensons que ces chiffres ne sont pas encore parvenus au commandement de la Gendarmerie », ajoute Soja Fulgence Ramiandrisoa.

La Gendarmerie nationale se trouve au front pour lutter contre ce phénomène. Elle avance l’existence d’un lien entre les croyances des dahalo, les voleurs de zébus et le rapt d’albinos. Les yeux des albinos les donneraient le pouvoir de voir dans la nuit ou de les rendre invulnérables aux balles des armes à feu. Une thèse plausible d’autant que la cartographie des cas d’enlèvement coïncide avec les zones dites « rouges » en termes d’insécurité comme Betroka, Ankazoabo et Manja. Toutefois, vu le nombre de cas rapportés dans la presse locale, d’autres explications sont à rechercher.

Pouvoirs soi-disant magiques

En février, les experts des droits de l’homme des Nations unies ont exhorté l’État malgache à prendre des mesures immédiates pour protéger les albinos. L’inquiétude de cet organisme onusien est fondée car au-delà de ces « cas enregistrées », la réalité donne des frissons. « Le nombre authentique d’attaques est probablement plus élevé et pourrait augmenter », signalent-ils. En effet, la quasi-totalité des cas rapportés concernent d’albinos « sauvés » ou « retrouvés ». Les statistiques relatives au signalement d’enlèvement ou de disparition ne sont pas disponibles. « Il y a eu sept attaques en 2020, neuf en 2021 et pour ces cinq premiers mois de cette année, il y en a déjà eu douze. Nous pensons que ces chiffres ne sont pas encore parvenus au commandement de la Gendarmerie », ajoute Soja Fulgence Ramiandrisoa.

La Gendarmerie nationale se trouve au front pour lutter contre ce phénomène. Elle avance l’existence d’un lien entre les croyances des dahalo, les voleurs de zébus et le rapt d’albinos. Les yeux des albinos les donneraient le pouvoir de voir dans la nuit ou de les rendre invulnérables aux balles des armes à feu. Une thèse plausible d’autant que la cartographie des cas d’enlèvement coïncide avec les zones dites « rouges » en termes d’insécurité comme Betroka, Ankazoabo et Manja. Toutefois, vu le nombre de cas rapportés dans la presse locale, d’autres explications sont à rechercher.

Graves dangers

Il y aurait donc une clientèle riche et influente derrière ces séries d’enlèvement. Une information qui circule dans des régions où la famine a sévi à partir de 2020. « Les gens ont entendu que les albinos coûtent des centaines de millions d’ariary. Ainsi, ils attaquent ces personnes mais ne connaissent même pas les preneurs. C’est pour cela qu’il y a autant de personnes arrêtées mais l’identité des commanditaires demeure un mystère. C’est comme les vols d’ossement », explique Randimby, un enseignant retraité à Tsihombe.

Que ce soit pour la sorcellerie, ou le commerce transfrontalier ou pour l’argent, les albinos encourent de graves dangers et nécessitent une protection. Mbolatiana Raveloarimisa, présidente de l’association Autisme Madagascar, a incité les personnes atteintes d’albinisme à se regrouper. Elle reconnait les efforts fournis par l’État. « J’admire particulièrement la Gendarmerie qui essaie de faire face à ce réseau de trafic humain. Nous savons très bien qu’ils ne sont pas suffisamment équipés pour cela. Mais face à ce réseau importé, doté d’une structure déjà solide, je trouve que les forces de l’ordre et l’Etat doivent faire preuve de beaucoup de rapidité dans leurs opérations », partage-t-elle.

Depuis quelques mois, l’organisation de la société civile, Autisme Madagascar et l’Association des albinos Madagascar, en tête, a pris à bras le corps cette problématique sociétale de plus en plus préoccupante. « Les associations ont la volonté de les aider dans cette lutte étant donné que c’est une question de sécurité réelle. La stigmatisation incite la société à avoir de mauvaises intentions envers ces gens, qui selon les rumeurs, valent des milliards. C’est pourquoi, il est de notre devoir de faire connaître leurs particularités, à dessein de mieux les protéger », conclut Mbolatiana Raveloarimisa.

Articles les plus populaires

Politika 29

Au sommaire : Editoriaux La faim du monde par Raoto Andriamanambe L’élite, seul(e) chez...

Tourisme, nosy Be n’emmène pas au large

Alors que Nosy Be sortait d’une année 2019 faste et prospère sur tous les plans, elle se retrouve désormais à devoir gérer une multitude de problématiques, caractéristiques de son environnement socio-économique. La crise sanitaire induite par la Covid-19 a dessiné une toute nouvelle réalité. Des rues désertes, des commerces et des hôtels tristement vides, tel est désormais l’image arborée par l’Île aux parfums depuis deux ans.

Terres rares, convoitises immenses

Elles sont devenues indispensables aux batteries des véhicules électriques comme aux écrans des smartphones et aux éoliennes. Les terres rares font l’objet de nombreuses convoitises au niveau mondial. Elles sont composées d’un groupe de métaux aux propriétés voisines comprenant le scandium, l’yttrium, et les quinze lanthanides.

Terres rares d’Ampasindava, une société gourmande, une communauté sur sa faim

Dans un pays en voie de développement avide de ressources financières, comme Madagascar, l’exploitation des terres rares semble être un choix pour alimenter les caisses de l’État. Cependant, beaucoup craignent qu’elle n’apporte pas de retombées tangibles pour la population locale.

Montée des eaux, les îles réclament un«traitement différencié »

Le monde est proche d’un point de non-retour. Des pays insulaires sont appelés à disparaître si le niveau de réchauffement climatique n’est pas maintenu.

Interview de Richard Rakotonirina : « Madagascar gagnera à coopérer avec les pays qui respectent sa souveraineté »

Très discrète auparavant, l’association Les Amis de la Russie à Madagascar s’est réveillée pour défendre farouchement les relations entre les deux pays et la Russie. Entretien avec son président.

Interview du Professeur Holimalala Randriamanampisoa : « L’inflation frappe l’économie dans son ensemble, des ménages aux entreprises »

Les pays les moins avancés, comme la Grande île, subissent de plein fouet les effets de la guerre entre la Russie et l’Ukraine ainsi que ceux d’une relance post-Covid brutale. La responsable de la mention économie à l’université d’Antananarivo nous explique les mécanismes de cette inflation qui atteint sévèrement les ménages.

L’élite, seul(e) chez soi

L’élite. Rien que le son de ce mot est une sonate à mes oreilles. Faire partie de l’élite, c’est mon rêve d’enfant. Car j’ai toujours supposé que, là-haut, je n’aurai plus de soucis. Si bien que le travail manuel, suer sang et eau n’est pas tellement quelque chose qu’on n’a jamais connu.

Ambohitriniandriana, au passé composé

0
Avant Ikongo, avant Iabohaza, un drame d’une ampleur inédite avait frappé le cœur de la société Malgache. La vie des habitants du fokontany d’Anosikely, de la commune rurale d’Ambolotarakely, dans le district d’Ankazobe, région Analamanga, sera à jamais bouleversée par une attaque sans précédent. Aujourd’hui, leur vie est rythmée par la peur et l’inquiétude. Récit.

Madagascar – île Maurice : une convention fiscale à sens unique

0
En 2019, l’île Maurice avait fait la Une de la presse mondiale, non pas pour ses plages de sable fin, ses eaux cristallines et ses hôtels majestueux, mais pour la fuite de documents pointant du doigt la manière dont des entreprises profitent du régime fiscal particulièrement attractif de ce pays voisin de Madagascar. Elle est l’une des destinations privilégiées des grands groupes malgaches également.

Une guerre que personne ne connaît

0
Les menaces viennent uniquement de l’intérieur. Les coups d’État, les renversements, les escarmouches entre le pouvoir et les milices dans les zones rurales…

La pêche, la tête sous l’eau

0
L’île de Nosy Be est reconnue pour son écosystème marin extraordinaire. Outre le tourisme qui est la première source de revenus de la population locale, l’Île aux parfums figure parmi les zones stratégiques en termes de pêche, avec une production annuelle de 18 millions de tonnes en 2019 réalisée par quelque 20 000 pêcheurs. Des menaces planent pourtant sur cette voie potentielle de développement, à cause du changement climatique.

Interview de Pierre Lenoble Navony : «Certains s’affirment être démocrates alors qu’ils confisquent la...

0
Tensions politiques et sociales, préparation de la présidentielle… Le président du Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’État de droit (HCDDED) n’épargne aucun sujet et partage pour Politikà ses points de vue sur ces sujets.

Lire nos parutions en ligne

spot_img

Suivez-nous sur

AccueilSociétéCroyance et faits de société, les albinos vivent dans la terreur