19 C
Antananarivo
mardi 28 mars 2023
$0

Vous n'avez pas encore sélectionné de publication à télécharger.

Montée des eaux, les îles réclament un«traitement différencié »

SociétéMontée des eaux, les îles réclament un«traitement différencié »

Le monde est proche d’un point de non-retour. Des pays insulaires sont appelés à disparaître si le niveau de réchauffement climatique n’est pas maintenu.

«Nous ne resterons pas les bras croisés alors que l’eau monte autour de nous». En 2022, le ministre des Affaires étrangères de l’archipel des Tuvalu, Simon Kofé, avait tenu un discours qui avait frappé les esprits, notamment dans sa dramaturgie et dans sa mise en scène. Il avait les pieds dans l’eau afin de chercher à interpeller les dirigeants du monde entier sur les conséquences du réchauffement climatique.

En effet, l’archipel des Tuvalu, ce petit pays des îles Pacifique, est menacé par la montée des océans, comme des milliers d’autres îles dans le monde..

Scénarios de référence

Les territoires insulaires sont en première ligne des effets du réchauffement climatique. Les villes des littoraux malgaches, comme Morondava, en sont les témoins privilégiés. En général, les îles de l’océan Indien sont en danger. La zone de l’indianocéanie est la troisième région du monde la plus exposée aux risques naturels. La dernière saison cyclonique en donne un aperçu.

La Grande île a été traversée par six cyclones qui ont engendré des pertes humaines et matérielles importantes. « Sur les trente dernières, on estime les pertes économiques liées aux effets du dérèglement climatique à plus de 17 milliards de dollars », note la Commission de l’océan Indien (COI), une organisation regroupant les îles du bassin sud-ouest de l’océan Indien.

L’organisation régionale était présente à Charm-el-Sheikh, lors de la Cop27 pour « faire valoir les besoins spécifiques des îles ». En effet, comme l’Afrique, les îles en développement sont des contributeurs minimes des émissions de gaz à effet de serre. Elles sont même marginales comptant pour moins de 1% du total des émissions entre 1960 et 2014. De nombreuses îles sont vouées à disparaitre, notamment dans le Pacifique. D’après des scénarios de référence du Département américain de la défense relatifs à la montée des eaux, par exemple, l’un des atolls des îles Marshall ainsi que des milliers d’autres îles, pourrait devenir inhabitable lorsque le niveau des eaux augmentera de 40 centimètres, un scénario probable dès 2050.

La menace posée par l’élévation du niveau de la mer est la pierre angulaire des négociations sur le changement climatique, la question principale mise en avant par les petits États insulaires en développement (PIED).

Scénarios de référence

« L’investissement, c’est maintenant qu’il faut le consentir. Il y a urgence ! », avait insisté Pr Vêlayoudom Marimoutou, le secrétaire général de la Commission de l’océan Indien. L’organisation a ardemment plaidé en faveur de l’accélération des actions concrètes notamment le respect des promesses pour s’adapter, des engagements pour accompagner les efforts et la délicate question des moyens pour permettre aux îles d’être résilientes.

Les îles d’Afrique, comme d’autres continents, subissent les dommages des dérèglements climatiques dont elles ne sont pas responsables. L’organisation régionale a également plaidé pour l’opérationnalisation du réseau de Santiago pour un mécanisme de financement des pertes et dommages, avec un fonds dédié. Ce sujet a été au cœur de la Cop27.

Pendant que les pays les plus pollueurs jouent avec le climat, le niveau des eaux monte, résultat du réchauffement des mers et de la fonte des glaces au Groenland et en Antarctique. Selon des études, les inondations rendront certaines zones inhabitables bien avant que les mers ne s’en emparent définitivement. D’où la nécessité pour les îles de bénéficier d’un traitement différencié et d’une attention particulière.

« Dans tous nos pays d’Afrique, il faut former la jeunesse, offrir des opportunités d’emplois en phase avec les défis climatiques, énergétiques et environnementaux, les nouvelles tendances socioéconomiques et l’aspiration au bien-être de nos populations ; ou autrement dit, offrir des opportunités en phase avec le devenir du monde. Plus de 60% des métiers de demain n’existent pas aujourd’hui et il ne fait aucun doute que les emplois climatiques constitueront une part importante de ces métiers », avait sensibilisé le secrétaire général de la Commission de l’océan Indien. 

Articles les plus populaires

Produit de rente : la vanille n’est plus en odeur de sainteté

Contestation des acteurs devant à l’immixtion de l’État dans la gestion de la filière vanille, soupçons de tentative de monopole, scandale des crèmes glacées à la vanille de Madagascar retirées du marché, des produits qui ne trouvent pas preneurs, montée de la concurrence ou encore risque de boycott des prix par les importateurs… l’or vert de la Grande île passe actuellement par une zone de turbulence.

Renégociation des accords de coopération, la grande bascule économique

Après la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement français s’est résigné à une décolonisation qui allait, comme on disait dans les années 60, « dans le sens de l’histoire »  tout en cherchant à maintenir le plus longtemps possible des liens privilégiés avec les anciennes colonies à travers des mécanismes d’aides financières et de préférences commerciales.

Interview de Jean Yvon Tiao Razananivo : « La filière vanille est en danger »

Les Organisations de la société civile (OSC) ont tenu, dans le courant du mois d’août, un forum national sur la vanille, auquel des acteurs en provenance de toutes les zones productrices ont participé. En marge de cet évènement, Tiao Razananivo, président du Comité pour la protection des intérêts d’Antalaha - Komity miaro ny tombontsoan’Antalaha (KMTA) nous a fait part de ses réflexions sur la question.

Guerre, sécheresse, changement climatique: clap de faim

L’économie mondiale vacille de nouveau, après la crise sanitaire et ses plus de six millions de morts à travers le monde. Madagascar n’échappe pas à la règle, mais avec des incidences dramatiques.

Interview croisée de Bao Razafimahefa et de Lucien Razafindrakoto

0
Pourquoi les systèmes de sécurité sociale obligatoires peinent-ils à s’imposer à Madagascar ? Bao Razafimahefa (B.R.) : L’article 19 de la Constitution garantit le droit à la...

Ambohitriniandriana, au passé composé

0
Avant Ikongo, avant Iabohaza, un drame d’une ampleur inédite avait frappé le cœur de la société Malgache. La vie des habitants du fokontany d’Anosikely, de la commune rurale d’Ambolotarakely, dans le district d’Ankazobe, région Analamanga, sera à jamais bouleversée par une attaque sans précédent. Aujourd’hui, leur vie est rythmée par la peur et l’inquiétude. Récit.

Interview du Professeur Holimalala Randriamanampisoa : « L’inflation frappe l’économie dans son ensemble, des ménages...

0
Les pays les moins avancés, comme la Grande île, subissent de plein fouet les effets de la guerre entre la Russie et l’Ukraine ainsi que ceux d’une relance post-Covid brutale. La responsable de la mention économie à l’université d’Antananarivo nous explique les mécanismes de cette inflation qui atteint sévèrement les ménages.

Lire nos parutions en ligne

Suivez-nous sur

AccueilSociétéMontée des eaux, les îles réclament un«traitement différencié »