29 C
Antananarivo
vendredi 2 décembre 2022
$0

Vous n'avez pas encore sélectionné de publication à télécharger.

Vindictes populaires : le « talion » d’Achille de la société

SociétéVindictes populaires : le « talion » d’Achille de la société

À défaut de l’application de la loi, la loi du talion prévaut. Les justices arbitraires ramènent notre société à l’état barbare. Zoom sur un phénomène social inquiétant.

(…) Chacun tente de donner sa vision sur ce phénomène qui gangrène le pays. Pour Lydia, une femme au foyer de 45 ans vic- time d’un vol à l’arrachée à Analakely il y a quelques semaines, elle se dit être d’accord avec la justice populaire. « Les malfaiteurs courent toujours les rues et ne sont pas prêts d’abandonner leur mauvaise habitude. Autant priver la société de leur existence nuisible », lance-t-elle amère et écœurée.

Actes de barbarie

Et la quadragénaire ne semble pas être la seule à penser que les malfaiteurs méritent la peine maximale. «Ceux qui sont pris en flagrant délit, tuez-les », avait lancé sèchement le député élu à Vohibato, Jean Martin Randrianatoavina, dans son discours lors de son passage dans la commune de Vinanintelo au mois de mars 2016. Des propos explicites qui pourraient officieusement encourager les justices sommaires. Officiellement, toutes les entités de la nation sont hostiles à cette forme de justice expéditive.

Les autorités religieuses, le gouvernement, les différents observatoires et les associations œuvrant dans les droits humains ont déjà condamné avec vigueur ces actes de barbarie, qui qu’en soient les victimes. Arson Ndimbizandry, anthropologue social, y est également fermement opposé. « L’organisation sociale Malgache est dictée par la cohésion et les liens de parenté. La justice populaire ne se manifeste que dans un village ou dans une communauté où le sys- tème judiciaire est jugé non expéditif », argue- t-il. Pour lui, la société Malgache opère par inclusions et exclusions. «Elle oppose le “nous” à autrui dans tous les domaines, en définissant les individus selon les multiples groupes structurés qui les englobent, tout en les opposant aux autres groupes similaires. Un membre de la communauté qui fait une transgression à des règles est immédiatement en opposition par rapport au “nous”». sOnnette d’alarMe La dérégulation sociétale est pointée du doigt par l’anthropologue. « La société entière peut être en état de faute lorsque les mécanismes régulateurs en sont rompus. L’état de crime entraîne la fin de l’ordre de l’organisation sociale basée sur la parenté, la fin de la sécurité de chaque membre de la société. Bref, le dérèglement général». Cette explication trouve un certain écho auprès de Hajo Andrianainarivelo, président du parti Malagasy Miara-Miainga (MMM). L’opposant déclaré au régime avertit que « la multiplication de ces justiciers privés présage une grande révolution sociale qui ne dit pas son nom. Dès lors que l’on s’attaque à des infrastructures ou aux agents de l’état, cela marque un réel dégoût et un ras-le-bol envers tout le système ».

Cette sonnette d’alarme s’adresse aux dirigeants qui, d’autant plus, sont restés silencieux, presque passifs, par rapport à la situation. Les seules réactions entendues jusque-là sont celles du Premier ministre Solonandrasana Mahafaly, après les incidents de Mananjary, et celles de la gendarmerie qui a promis de ne pas laisser impunis ces délits collectifs afin qu’ils ne fassent pas tache d’huile. Mais à entendre le leader du MMM, la seule solution serait de réformer la structure de l’état, sinon d’appliquer à la lettre les textes en vigueur. Une gageure, au vu du délitement sociétal actuel. La justice est l’un des secteurs les plus corrompus. La corruption judiciaire suscite l’impunité et sape l’État de droit. Un système judiciaire à deux vitesses per- dure: pour les riches d’un côté, et pour les pauvres de l’autre. Ce qui contribue à creuser une fracture dans la communauté et à alimenter les foyers de tension. Notée 26/100, la Grande île accuse une chute vertigineuse dans le classement mondial de l’Indice de perception de la corruption (IPC) 2016, et se retrouve à la 145e place sur 175 États.

Perte de confiance

Arson Ndimbizandry explique que la seule question de la confiance ou non de la population en la justice ne devrait pas être au centre des débats. Il soutient en effet que la population est un ensemble d’individus qui agit en groupe et en concert. À cet effet, ces individus deviennent une «personne morale», régie par une organisation dictée par les intérêts communs et qui conjugue simultanément sa propre initiative selon l’organisation traditionnelle établie dans sa société et l’initiative de l’État en matière de droit pénal.

« À cause de l’absence ou du retard de l’autorité compétente, l’initiative populaire prend le relais. La justice populaire n’est alors qu’un effet voire même un résultat de la prise de responsabilité de la population frustrée par la transgression à ses propres règles. Le retard ou la lourdeur de la procédure des autorités compétentes – qui sont jugées non expéditives – constitue la raison de la prise de responsabilité de la population », prévient-il. En somme, les vindictes populaires ne traduisent pas seulement la perte de confiance envers le système judiciaire mais plutôt une absence ou une insuffisance de la justice dans le lieu où l’infraction a été commise.

Une faible confiance

De son côté, la justice semble ne pas être très concernée par cette problématique. Le ministère de la Justice n’a pas répondu à notre demande de rendez-vous pour recueillir sa version et ses visions. Une conférence de presse devait se tenir vers mi-décembre, afin d’éclairer la position et les mesures prises par le département. Mais finalement, elle a été annulée. Pourtant, Faniry Ernaivo, fraîchement élue à la tête du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), rappelle que «nul ne peut se faire justice à soi-même». Elle s’oppose à toute forme de vindicte populaire et soutient que les jugements sont les attributions de la justice. Néanmoins, elle reconnaît que la population a une faible confiance en la justice, mais selon elle, son mandat sera axé sur les travaux qui permettront à la population de retrouver cette confiance en la justice.

« Il est urgent d’élaborer un projet qui vise l’égalité des droits et qui conçoit la nécessité d’une solidarité collective entre les personnes d’une société donnée. La justice sociale n’est qu’une construction morale et politique par l’effacement de la frustration ou le sentiment d’être lésé chez les auteurs de la justice populaire », conclut Arson Ndimbizandry. Malgré la défaillance avérée de l’appareil étatique, il est urgent de mettre fin à ces résurgences de pratiques moyenâgeuses (…).

Hilda Hasinjo, article initialement publié en 2016, dans Politika numéro 4

Articles les plus populaires

Politika 29

Au sommaire : Editoriaux La faim du monde par Raoto Andriamanambe L’élite, seul(e) chez...

Tourisme, nosy Be n’emmène pas au large

Alors que Nosy Be sortait d’une année 2019 faste et prospère sur tous les plans, elle se retrouve désormais à devoir gérer une multitude de problématiques, caractéristiques de son environnement socio-économique. La crise sanitaire induite par la Covid-19 a dessiné une toute nouvelle réalité. Des rues désertes, des commerces et des hôtels tristement vides, tel est désormais l’image arborée par l’Île aux parfums depuis deux ans.

Terres rares, convoitises immenses

Elles sont devenues indispensables aux batteries des véhicules électriques comme aux écrans des smartphones et aux éoliennes. Les terres rares font l’objet de nombreuses convoitises au niveau mondial. Elles sont composées d’un groupe de métaux aux propriétés voisines comprenant le scandium, l’yttrium, et les quinze lanthanides.

Terres rares d’Ampasindava, une société gourmande, une communauté sur sa faim

Dans un pays en voie de développement avide de ressources financières, comme Madagascar, l’exploitation des terres rares semble être un choix pour alimenter les caisses de l’État. Cependant, beaucoup craignent qu’elle n’apporte pas de retombées tangibles pour la population locale.

Montée des eaux, les îles réclament un«traitement différencié »

Le monde est proche d’un point de non-retour. Des pays insulaires sont appelés à disparaître si le niveau de réchauffement climatique n’est pas maintenu.

Interview de Richard Rakotonirina : « Madagascar gagnera à coopérer avec les pays qui respectent sa souveraineté »

Très discrète auparavant, l’association Les Amis de la Russie à Madagascar s’est réveillée pour défendre farouchement les relations entre les deux pays et la Russie. Entretien avec son président.

Interview du Professeur Holimalala Randriamanampisoa : « L’inflation frappe l’économie dans son ensemble, des ménages aux entreprises »

Les pays les moins avancés, comme la Grande île, subissent de plein fouet les effets de la guerre entre la Russie et l’Ukraine ainsi que ceux d’une relance post-Covid brutale. La responsable de la mention économie à l’université d’Antananarivo nous explique les mécanismes de cette inflation qui atteint sévèrement les ménages.

L’élite, seul(e) chez soi

L’élite. Rien que le son de ce mot est une sonate à mes oreilles. Faire partie de l’élite, c’est mon rêve d’enfant. Car j’ai toujours supposé que, là-haut, je n’aurai plus de soucis. Si bien que le travail manuel, suer sang et eau n’est pas tellement quelque chose qu’on n’a jamais connu.

Ambohitriniandriana, au passé composé

0
Avant Ikongo, avant Iabohaza, un drame d’une ampleur inédite avait frappé le cœur de la société Malgache. La vie des habitants du fokontany d’Anosikely, de la commune rurale d’Ambolotarakely, dans le district d’Ankazobe, région Analamanga, sera à jamais bouleversée par une attaque sans précédent. Aujourd’hui, leur vie est rythmée par la peur et l’inquiétude. Récit.

Madagascar – île Maurice : une convention fiscale à sens unique

0
En 2019, l’île Maurice avait fait la Une de la presse mondiale, non pas pour ses plages de sable fin, ses eaux cristallines et ses hôtels majestueux, mais pour la fuite de documents pointant du doigt la manière dont des entreprises profitent du régime fiscal particulièrement attractif de ce pays voisin de Madagascar. Elle est l’une des destinations privilégiées des grands groupes malgaches également.

Une guerre que personne ne connaît

0
Les menaces viennent uniquement de l’intérieur. Les coups d’État, les renversements, les escarmouches entre le pouvoir et les milices dans les zones rurales…

La pêche, la tête sous l’eau

0
L’île de Nosy Be est reconnue pour son écosystème marin extraordinaire. Outre le tourisme qui est la première source de revenus de la population locale, l’Île aux parfums figure parmi les zones stratégiques en termes de pêche, avec une production annuelle de 18 millions de tonnes en 2019 réalisée par quelque 20 000 pêcheurs. Des menaces planent pourtant sur cette voie potentielle de développement, à cause du changement climatique.

Interview de Pierre Lenoble Navony : «Certains s’affirment être démocrates alors qu’ils confisquent la...

0
Tensions politiques et sociales, préparation de la présidentielle… Le président du Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’État de droit (HCDDED) n’épargne aucun sujet et partage pour Politikà ses points de vue sur ces sujets.

Lire nos parutions en ligne

spot_img

Suivez-nous sur

AccueilSociétéVindictes populaires : le « talion » d’Achille de la société