18 C
Antananarivo
jeudi 9 février 2023
$0

Vous n'avez pas encore sélectionné de publication à télécharger.

Tag: 13 Mai

Renégociation des accords de coopération, la grande bascule économique

Après la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement français s’est résigné à une décolonisation qui allait, comme on disait dans les années 60, « dans le sens de l’histoire »  tout en cherchant à maintenir le plus longtemps possible des liens privilégiés avec les anciennes colonies à travers des mécanismes d’aides financières et de préférences commerciales.

L’Église et les évènements de mai 1972

L'année 2022 marquera le 50e anniversaire des évènements de mai 1972. 50 ans d'espoir comme 50 ans de désillusions. Les conséquences sont depuis diversement interprétées aussi bien par les militants convaincus que par ceux qui sont déçus.

Portrait, ils ont fait « 72 » : Jacques Rabemananjara

Ils ont fait « 72 » ou ont été aux manettes durant cette période trouble de l’histoire malgache. Galerie de portraits des principaux protagonistes des évènements.

Ethnicité et mouvement de mai 1972

La France avait choisi d’offrir à Madagascar l’indépendance afin d’assurer la continuité de ses intérêts dans un futur Madagascar dépendant d’elle. La politisation de l’ethnicité constituait le noyau de la stratégie de préparation du « futur Madagascar ». Ce que prévoyait le colonisateur français dans les années 50 se passa effectivement en 1972.

L’affiche « Ndao », une expression combative dans le contexte du reflux soixante-douzard

Le mouvement populaire de 1972 a déployé des formes inédites de mobilisation, d’action et d’expression, comparées à celles qui ont prévalu sous la colonisation : les luttes politiques légales pour l’indépendance et l’insurrection patriotique armée de 1947.

Les clivages socio-économiques ou le bilan désastreux du régime Tsiranana

Toutes les frustrations exprimées dans le mouvement social trouvent leurs origines aux crises économiques qui gangrènent la Grande île depuis la veille de l’indépendance. Les dirigeants du Parti social-démocrate (PSD), avec le président Philibert Tsiranana en tête, ont du mal à gérer. Les attentes non satisfaites ont déclenché le mouvement de mai 1972. Il a été mené par une jeunesse de plus en plus inquiète pour son avenir.

Les impacts socio-culturels de mai 1972

A bien des égards, mai 1972 est perçu dans la représentation collective comme le point de départ d'une révolution qui allait changer le cours de l'histoire à Madagascar. Soubresaut d'un mouvement plus vaste qui initiait la participation citoyenne dans le devenir social, il fait écho à ce mouvement d'envergure mondiale qui a vu éclore et se développer l'engagement citoyen de par le monde.

Mai 72 ou l’essor du protest song malgache

La société malgache, en tant que société de l’oralité, a toujours eu un lien très intime avec les productions musicales qui mettent en scène et en image cette société. Du Mitsangana ry tanora du Mouvement démocratique pour la rénovation malgache (MDRM) au Aza misy miteniteny de l’Association des étudiants d’origine malgache (AEOM), les chansons constituent à la fois un symbole de résistance et de contestation à un régime qui n’a plus le soutien de la majorité de la population.

« Nous étions conscients du caractère néocolonial des rapports entre Madagascar et la France »

Mai 1972, 12 ans après l’obtention de l’indépendance et après une victoire du Président Philibert Tsiranana avec un score de 99,7 % lors des élections présidentielles de janvier 1972, le « régime PSD » (Parti social-démocrate) fut balayé par un mouvement populaire initié par une jeunesse qui avait soif d’exister devant le pouvoir de l’État raiamandreny .

Olivier Rakotovazaha, président national du parti MFM : « Les élèves et les étudiants avaient revendiqué la réforme du système éducatif et la malgachisation »

Le parti Mpitolona ho an’ny fanjakan’ny madinika (MFM) a été en première ligne dans les mouvements de 1972. Ayant prôné une idéologie d’extrême-gauche à ses débuts, sous la férule de dirigeants charismatiques comme Manandafy Rakotonirina ou Germain Rakotonirainy, la formation va peu à peu assouplir sa position.

Constant Raveloson : « Tous les ingrédients étaient réunis pour déboucher sur le 13 mai 1972 »

« Pour moi, le mouvement n’a pas commencé qu’en 1972. L’évènement du 13 mai entrait parfaitement dans le cadre de mon cursus universitaire. Jeune, curieux...

Zafimahaleo Rasolofondraosolo et Honoré Rabekoto : de soixante-douzards à stars

Dama et Bekoto, de leurs vrais noms Zafimahaleo Rasolofondraosolo et Honoré Rabekoto, artistes-sociologues, partagent à Politikà leurs visions d’une Grande île qui aurait réussi à relever les défis auxquels elle fait face depuis 1972. Se référant aux messages et interpellations véhiculés à travers leurs œuvres, ils nous livrent par eux-mêmes leurs visions.

Bebey, membre des Lôlô Sy Ny Tariny : « Je ressentais le besoin d’une révolution »

« J’avais 18 ans à l’époque et j’étais en classe de seconde. On m’avait élu délégué de classe et je représentai le lycée Gallieni...

De la pauvreté relative à la pauvreté absolue depuis les années 70

Depuis la vague de nationalisation de 1975, l’administration malgache avait pris en main la destinée des importantes compagnies locales qui symbolisaient la force de frappe de la colonisation. Elle avait pensé qu’il lui aurait été possible de recueillir les bénéfices et d’en faire profiter la Nation entière.

- A word from our sponsors -

Follow us

AccueilTags13 Mai